Détour mortel : retour sur la légende cannibale qui fait écho au film

Détour mortel : retour sur la légende cannibale qui fait écho au film

Dans "Détour mortel", un groupe de jeunes Américains a un accident de voiture en Virginie et pense trouver de l'aide en découvrant une cabane isolée, habitée par des cannibales. Un film d'horreur qui fait écho à la terrifiante légende britannique de Sawney Bean.

Détour mortel : perdus dans les bois

Sorti en 2003, Détour mortel marque le commencement d'une franchise constituée de six volets et d'un reboot sorti en 2021, intitulé Détour mortel : La Fondation. À l'image de Massacre à la tronçonneuseJeepers Creepers ou encore La Colline des yeux, le long-métrage débute dans un endroit isolé des États-Unis, dont les personnages ne soupçonnent absolument pas le danger.

Alors qu'il se rend à un entretien, Chris (Desmond Harrington) a un accident de voiture au milieu des montagnes de la Virginie. Après avoir heurté le véhicule d'un groupe d'amis venus faire de la randonnée, il décide de trouver un abri à leurs côtés et pense pouvoir trouver de l'aide lorsqu'ils découvrent une cabane dans les bois. Mais Chris, Jessie (Eliza Dushku), Carly (Emmanuelle Chriqui) et Scott (Jeremy Sisto) n'ont pas conscience que cette dernière est occupée par des cannibales...

Détour mortel
Détour mortel ©Luminor

Écrit par Alan B. McElroy (Rapid FireSpawn), le film reprend de nombreuses séquences habituelles du genre : la rencontre avec un individu étrange et peu avenant qui aurait dû être un signal d'alerte, la découverte d'actes monstrueux ou encore les morts successives des membres des forces de l'ordre incapables de venir en aide aux héros. L'intrigue de Détour mortel fait par ailleurs écho à la légende de Sawney Bean, qui a notamment inspiré Wes Craven pour La Colline a des yeux.

La légende de Sawney Bean

Selon la BBC, le clan de ce cannibale aurait dévoré 1000 victimes en l'espace de 25 ans au XVIe siècle, alors qu'il vivait réfugié dans une grotte située sur la côte du sud-ouest de l'Écosse, entre Girvan et Ballantrae.

La légende se répand au XVIIIe siècle pour une sombre raison, d'après l'historienne Louise Yeoman :

(La légende) ressemble à l'intrigue d'un film d'horreur qui cartonnerait au box-office. C'est parce qu'elle a été inventée pour servir un objectif similaire : vendre des livres. Elle comporte également un sous-texte sinistre, parce que les livres sur le sujet n'ont pas été vendus en Écosse mais en Angleterre, à une époque où les préjugés contre les Écossais étaient répandus.

Certaines sources affirment qu'Alexander "Sawney" Bean serait apparu au début des années 1400, sous le règne de Jacques Ier, tandis que d'autres assurent qu'il serait né au XVIe siècle. Des divergences qui confirment qu'il s'agit bien d'une histoire inventé, selon l'historienne. La légende raconte que son clan aurait été constitué de 14 enfants et 32 petits-enfants, tous nés d'inceste. Ils se seraient attaqués à des voyageurs, les aurait volés, tués puis mangés, conservant certaines parties des corps dans leur grotte.

Un jour, un homme armé d'un pistolet leur aurait résisté. Des magistrats de Glasgow auraient ensuite alerté le roi Jacques VI de l'existence du clan. Le monarque aurait alors envoyé des centaines d'hommes le débusquer. Il ne s'agit que de l'une des nombreuses versions de cette histoire qui a depuis terrifié des générations. Certains disent que tout le clan aurait été exécuté publiquement, d'autres qu'il aurait suffoqué à mort dans sa grotte à cause de la poudre à canon. En 2012, David Hayman prête ses traits au terrifiant cannibale dans Sawney : Flesh of Man de Ricky Wood.

 

Voir aussi

Pamela, A Love Story : pourquoi Pamela Anderson refuse de regarder le documentaire Netflix ?

Pamela, A Love Story : pourquoi Pamela Anderson refuse de regarder le documentaire Netflix ?

Pamela Anderson dévoile une partie de ses archives personnelles dans "Pamela, a love story". Un documentaire disponible sur la plateforme Netflix, que la star préfère ne pas regarder.