Festival du film francophone d'Angoulême : des grands désirs de cinéma

La 14ème édition du FFA a de nouveau ravi les festivaliers

Festival du film francophone d'Angoulême : des grands désirs de cinéma

La 14ème édition du Festival du film francophone d'Angoulême s'est tenu sous le chaud soleil d'août et devant des écrans qui ont montré et célébré le cinéma de langue française. Petit point sur un événement où se sont montrés de multiples désirs, celui d'aimer, celui de se faire sa destinée, de comprendre ses origines, de rire et de partager ensemble.

La 14ème édition du Festival du film francophone d'Angoulême, le "FFA", s'est ouverte le 24 août 2021 et se clôturera le 29, après six jours de projections, de révélations et de confirmations, de rencontres, de témoignages d'amour pour le cinéma français et au-delà, puisque tout le cinéma de langue française y est célébré. Après l'édition de 2020, qui avait pu se tenir presque miraculeusement au regard de la situation sanitaire, cette nouvelle édition a tenu toutes ses promesses.

Entre les films en compétition, au nombre de dix, et les sections parallèles comme par exemple Les Avant-Premières, Nouveaux Regards, Les Flamboyants, beaucoup de sensations, d'émotions et de spectacles étaient à la fête. À noter que cette année le festival rendait un hommage au cinéma algérien

Dix films en compétition

À l'issue du festival, le jury décernera les Valois, les distinctions du Festival d'Angoulême. Cette année, le jury est présidé par Nicole Garcia, entourée de l'acteur Reda Kateb, le cinéaste Antonin Baudry, l'actrice Noémie Schmidt, la romancière Marie Ndiaye, le réalisateur Philippe Van Leeuw, la costumière et décoratrice Catherine Leterrier, le rappeur et poète Oxmo Puccino, et la journaliste Leïla Kaddour.

Dix films sont en compétition, dans une sélection où la diversité des thèmes et des genres est forte. Il y a le thriller Boîte noire de Yann Gozlan, porté par un Pierre Niney magnétique et les nerfs à vif. Il y a aussi le premier film réalisé par Jérémie Elkaïm, Ils sont vivants, une adaptation du récit Calais mon amour de Béatrice Huret qui a passionné l'actrice Marina Foïs. Celle-ci voulait qu'un film en soit tiré, et c'est donc l'acteur devenu réalisateur Jérémie Elkaïm qui a mis en scène cette puissante histoire d'amour à calais entre une femme issue d'un milieu xénophobe et un réfugié iranien.

Autres films en compétition, Mon légionnaire de Rachel Lang, scénariste et réalisatrice, par ailleurs réserviste dans l'armée, qui explore une histoire de couples dans la Légion Étrangère. Le film dispose d'un casting séduisant avec notamment Louis Garrel et Camille Cottin. Une production internationale entre la France, la Côte d'Ivoire, le Canada et le Sénégal

Egalement La Nuit des rois de Philippe Lacôte, pour une histoire aussi brutale que poétique qui se déroule dans la plus grande prison ivoirienne. De son côté, Fabien Gorgeart dirige entre autres Mélanie Thierry, Lyes Salem et Félix Moati dans la belle histoire familiale La Vraie famille.

Mon Légionnaire
Mon Légionnaire ©BAC Films

Samuel Theis, réalisateur révélé avec Party Girl en 2014, propose lui Petite nature, drame familial et social bouleversant qui prend place à Forbach, où le petit Johnny, à l'intelligence précoce et à la grâce solaire, va voir sa conscience sociale et son être amoureux s'éveiller. Par ailleurs, Une Révision de Catherine Terrien représentera le Canada, une rencontre puissante entre deux individus aux pensées différentes, entre le rationalisme et la religion.

Rose de Aurélie Saada est notamment l'occasion d'admirer l'immense Françoise Fabian dans un rôle bouleversant de veuve qui réalise que sa vie n'est pas terminée. Nicolas Steil nous montre Le Chemin du bonheur, avec notamment Simon Abkarian et Pascale Arbillot. Enfin Leyla Bouzid confirme tout son talent avec le très beau Une histoire d'amour et de désir, une histoire d'initiation et d'éveil à la sexualité inédite, portée avec grâce et intensité par Sami Outalbali et Zbeida Belhajamor.

Des avant-premières de haut niveau

Plusieurs films sont présentés à Angoulême avant leur sortie prochaine au cinéma, dont on retient notamment Les Amours d'Anaïs après sa première présentation à la Semaine de la Critique à Cannes, L'Homme de la cave de Philippe Le Guay et Les Olympiades de Jacques Audiard, et le très étonnant et très réussi L'Origine du monde de Laurent Lafitte.

 

Voir aussi

Expendables 2 : le jour où un cascadeur fut tué et un second blessé

Expendables 2 : le jour où un cascadeur fut tué et un second blessé

Pas plus mercenaires qu’agents secrets, les Expendables choisissent leurs missions et n'obéissent à aucun gouvernement. Nullement intéressés par l'argent ou la gloire, tous aident les cas désespérés. Bien que jouant sur l’auto-dérision et l’esprit bon enfant, la saga a malheureusement connu son lot de drames au cours de ses tournages. Retour sur celui du deuxième opus, "Expendables 2 : Unité spéciale", qui a viré à la tragédie pour deux cascadeurs.