ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Godzilla vs Kong : Netflix veut racheter le film

Godzilla vs Kong : Netflix veut racheter le film

L'affrontement entre Godzilla et Kong n'aura peut-être pas lieu sur le plus beau des rings, à savoir la salle de cinéma. Le film d'Adam Wingard serait au cœur d'une bataille entre deux géants de la SVOD et a des chances de finir sur une plateforme.

Godzilla vs Kong : direction le petit écran ?

En cette période de flou total, les blockbusters sont sûrement les dossiers les plus durs à gérer pour les studios. Au regard de l'argent investie et de l'état des salles, il est tentant de se dire qu'une sortie en toute sécurité sur le petit écran est plus rassurante qu'une autre, bancale, dans les salles obscures. Legendary serait sérieusement en train de considérer la première option pour Godzilla vs Kong.

Après deux films sur le roi Godzilla et un sur le singe, il est temps que les deux se mettent sur la tronche. Cet affrontement mené par Adam Wingard se fait dans le cadre du MonsterVerse, un univers étendu à la Marvel qui raconte comment les hommes sont en train de découvrir que des créatures mythologiques existent sur cette planète. Mais qu'on le dise sans détour, le scénario on s'en fiche un peu. Les trois précédents films sont surtout à voir pour leurs scènes d'action et il faut être indulgent avec tous les défauts. Si on les accepte, on peut en avoir pour notre argent en retour.

Godzilla vs Kong ©WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC. AND LEGENDARY PICTURES PRODUCTIONS, LLC /
Godzilla vs Kong ©WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC. AND LEGENDARY PICTURES PRODUCTIONS, LLC /

Netflix a fait une offre

Godzilla vs Kong peut encore être un spectacle bourrin et généreux mais la tendance qui commence à se dessiner est celle d'une sortie sur une plateforme de SVOD. The Hollywood Reporter annonce que Netflix aurait mis 200 millions de dollars sur la table pour acheter les droits de distribution ! La firme considère que cet ajout, très cher, serait un argument de poids dans son catalogue. Voyant la concurrence essayer de faire un coup, Warner a immédiatement réagi. Parce que le studio est déjà impliqué dans la production de Godzilla vs Kong. Le film a coûté 200 millions de dollars, avec Legendary qui a apporté 75% de cette somme et la Warner 25%. En cas de sortie sur une plateforme, c'est logiquement celle de la Warner, HBO Max, qui serait prioritaire. Rien n'indique encore que le studio veuille passer par la case petit écran, un espace étriqué pour les deux stars du film. On a vu la Warner opter pour une approche hybride avec Wonder Woman 1984, en mixant une sortie dans les salles avec un passage sur HBO Max aux Etats-Unis.

Comme d'autres blockbusters bloqués par la COVID-19, Godzilla vs Kong est un long-métrage qui est terminé. Si l'année s'était déroulée correctement, nous devrions même déjà l'avoir vu. Il a été décalé à mai 2021 dans les salles mais beaucoup de choses peuvent se passer d'ici là. Car il n'existe pas de date précise pour statuer sur la fin de la pandémie. Les salles de cinéma sont bloquées par le confinement et leur réouverture ne veut pas forcément dire que l'activité sera comme avant. On en a eu un cinglant exemple avec Tenet, qui peut être considéré comme un échec financier avec un tout petit peu plus de 350 millions de dollars au box-office.

Tout le monde est dans l'expectative à Hollywood, essayant de se raccrocher à la branche qui paraît la plus solide. Celle-ci pourrait être les plateformes, moins touchées par cette crise. Disney a ouvert la voie avec Mulan et Netflix aurait déjà tenté un énorme braquage en essayant d'arracher les droits de Mourir peut attendre. La Warner, qui bloque le deal à l'heure actuelle pour Godzilla vs Kong, attendra possiblement de voir ce qu'il advient de Wonder Woman 1984 avant de prendre une décision.

 

Voir aussi

Le Tigre blanc : c'est quoi ce nouveau film Netflix ?

Le Tigre blanc : c'est quoi ce nouveau film Netflix ?

On se penche sur "Le Tigre blanc", le nouveau film de Ramin Bahrani. Une nouveauté Netflix et une adaptation du livre de l'auteur indien Aravind Adiga pour raconter une ascension sociale à la fois drôle et cruelle.