Gone Girl : pourquoi le film a fait polémique ?

Le film de David Fincher n'a pas plu à tout le monde

Gone Girl : pourquoi le film a fait polémique ?

Sorti en 2014, "Gone Girl" a rappelé que David Fincher était l'un des plus grands réalisateurs de son temps. Toutefois, en dépit d'un grand succès critique et commercial, le film a subi quelques accusations gênantes.

Gone Girl : le thriller glaçant de David Fincher

À l'origine de Gone Girl, il y a un roman du même nom écrit par Gillian Flynn. En effet, cette dernière livre en 2012 un véritable best-seller (presque 2 millions d'exemplaires vendus) qui attire l'œil de David Fincher. La romancière est d'ailleurs créditée au scénario du film.

Gone Girl suit donc Nick Dunne qui signale la disparition de sa femme, Amy, lors de leur cinquième anniversaire de mariage. La police et les médias s'affolent alors, accusant l'époux de l'avoir assassinée. Mais Amy est-elle vraiment morte ?

Plus gros succès commercial de David Fincher (369 millions de dollars de recettes engrangées, pour un budget de 61 millions) Gone Girl est couronné par de nombreuses récompenses et nominations dans les plus grandes cérémonies internationales. Un triomphe dû notamment à la réalisation tortueuse de Fincher, au scénario inventif de Gillian Flynn et à la performance hallucinante de Rosamund Pike.

Gone Girl
Gone Girl ©New Regency Pictures

Cependant, le film n'a pas plu à tout le monde, loin de là.

Une œuvre misogyne ?

Dès la parution du roman, Gillian Flynn fut accusée de faire preuve de misogynie. Et ce, en raison de ses personnages féminins qui étaient loin d'être des anges, en comparaison de leurs homologues masculins. Inévitablement, son adaptation cinématographique allait suivre le même chemin... et les mêmes détracteurs.

C'est ainsi que l'association Osez le feminisme interpelle le film via un article intitulé Gone Girl, ou l'argumentaire des masculinistes. Selon elle, le film est, purement et simplement, un cliché patriarcal de la perversion féminine. En cause évidemment : Amy, véritable déesse de la manipulation dans le thriller. Osez le féminisme ne fut d'ailleurs pas la seule à descendre le long-métrage puisque des tribunes du même genre sont apparues dans The Guardian et Vulture.

Gone Girl, un film masculiniste ? Une accusation ridicule selon Gillian Flynn qui avait déjà nié sa prétendue misogynie en 2012. 

 

Voir aussi

Sandrine Kiberlain (Une jeune fille qui va bien) :

Sandrine Kiberlain (Une jeune fille qui va bien) : "C’est une période qui me hantera toujours"

Nous avons rencontré Sandrine Kiberlain, lors de la présentation à Bordeaux de son premier long-métrage très réussi "Une jeune fille qui va bien". Elle a évoqué avec nous sa nécessité de faire un film sur ce sujet qui la hante, son rapport à l’écriture d’un scénario et son plaisir à diriger les acteurs.