Gremlins 2 : Joe Dante a volontairement voulu tuer la franchise avec cette suite

Gremlins 2 : Joe Dante a volontairement voulu tuer la franchise avec cette suite

En 1990, les redoutables progénitures de Gizmo sèment la pagaille dans un gigantesque immeuble new-yorkais dans le déjanté "Gremlins 2 : La Nouvelle génération". Une suite que Joe Dante a en partie accepté de réaliser pour qu'un troisième volet ne puisse pas voir le jour.

Gremlins 2 : une suite totalement déchaînée

Six ans après Gremlins, Billy Peltzer (Zach Galligan), Kate Beringer (Phoebe Cats) et l'adorable Gizmo reviennent en 1990 dans Gremlins 2 : La Nouvelle génération. Dans ce deuxième volet déjanté, l'action ne se déroule plus dans la petite ville de Kingston Falls en Pennsylvanie mais dans le building new-yorkais du magnat crétin Daniel Clamp (John Glover), inspiré de Donald Trump et Ted Turner.

C'est dans ce cadre où travaillent Billy et Kate que le petit mogwaï est détenu prisonnier par un inquiétant scientifique (Christopher Lee). Forcément, les règles pour s'occuper de la créature ne sont pas respectées et rapidement, ses progénitures ingérables et répugnantes se mettent à terroriser tout l'immeuble. La tour Clamp devient un gigantesque terrain de jeu pour les gremlins. Ces derniers vont même jusqu'à prendre le contrôle du long-métrage en brisant le Quatrième Mur.

Gremlins 2 : La Nouvelle génération
Gremlins 2 : La Nouvelle génération ©Warner Bros.

Robert Picardo, Dick Miller et Robert Prosky complètent la distribution de ce film sur lequel Joe Dante obtient carte blanche, fait rare dans la carrière du réalisateur de Hurlements et L'Aventure intérieure. Frustré d'avoir vu la tournure horrifique du script de Chris Columbus pour le premier opus être gommée par la Warner pour offrir un divertissement familial au public, le cinéaste prend sa revanche avec ce chef-d'oeuvre d'irrévérence. Il tire à boulets rouges sur la société de consommation ainsi que sur le cynisme et l'incompétence de certains exécutifs, allant jusqu'à ridiculiser le concept de suite au cas où le studio envisagerait de poursuivre la franchise.

L'art du sabotage selon Joe Dante

La volonté de Joe Dante sur le long-métrage est claire : saboter la saga qu'il a initiée pour empêcher qu'elle soit dénaturée à l'avenirGremlins 2 s'impose donc comme un défouloir à 50 millions de dollars, soit près de 5 fois plus que le budget de son prédécesseur. Le réalisateur explore au maximum son univers, fait appel à Chuck Jones (cocréateur de nombreux personnages des Looney Tunes) pour les séquences animées et permet à son compositeur fétiche Jerry Goldsmith de signer l'une de ses partitions les plus endiablées. Un remplissage bourré de créativité avec lequel le cinéaste espère pouvoir couper l'envie de la Warner de plancher sur Gremlins 3, projet qui stagne d'ailleurs depuis de nombreuses années.

Gremlins 2 : La Nouvelle génération
Gremlins 2 : La Nouvelle génération ©Warner Bros.

Interrogé par le Chicago Reader en 2012 et cité par l'Independent, Joe Dante explique :

Après plusieurs années à essayer de comprendre comment faire une suite qui n'en avait pas besoin, mon producteur Mike Finnell et moi avons été convaincus de revenir. Nous avons décidé de faire un film qui se moque non seulement du premier et des tropes du cinéma d'horreur, mais qui est également une satire sociale.

Ce qui lui cause évidemment des problèmes avec les exécutifs. Comme le réalisateur le confie au site Den of Geek, ils ne veulent par exemple pas qu'il "se moque du merchandising". Ce qu'il fait malgré tout, n'arrangeant pas ses relations avec les studios hollywoodiens.

Un troisième volet compliqué

Le génial pot-pourri qu'est Gremlins 2 n'obtient pas des résultats satisfaisants au box-office et le troisième volet n'a toujours pas vu le jour. À ce sujet, le cinéaste déclare en 2015 au site Bloody Disgusting :

C'est un projet compliqué entouré d'attentes. Dans quelle mesure va-t-il ressembler à l'original ? Et la technologie a complètement changé. La technologie a entièrement dicté les deux premiers films. Ces films sont ce qu'ils sont à cause de ce que nous avons pu faire ou ne pas faire. Aujourd'hui, ils peuvent faire tout ce qu'ils veulent.

La vraie question est : pourquoi ? Pourquoi vouloir en faire un autre ? Et si nous le faisons, en quoi sera-t-il différent du premier ? S'il est vraiment différent, les gens qui ont aimé les deux premiers ne vont pas l'accepter, ce n'est pas ce qu'ils veulent. Mais d'un autre côté, la technologie des deux premiers est vraiment dépassée aujourd'hui. Les nouveaux gremlins vont-ils ressembler aux anciens ? Est-ce qu'ils vont être différents ? (...) Il y a beaucoup de choses attachées à cette franchise, et je pense que jongler à nouveau avec tout ça va être un défi.

 

Voir aussi

Astérix et Obélix : Guillaume Canet dévoile la réaction de Gérard Depardieu

Astérix et Obélix : Guillaume Canet dévoile la réaction de Gérard Depardieu

Pour la première fois, Gérard Depardieu n'incarne pas Obélix dans une adaptation cinématographique en prises de vues réelles. Guillaume Canet a quand même tenu à lui passer un coup de téléphone pour lui annoncer son remplaçant dans "Astérix et Obélix : l'empire du milieu".