Halloween : John Carpenter a détesté un des films de la saga

Halloween : John Carpenter a détesté un des films de la saga

Après avoir planché sur les trois premiers épisodes de la saga, John Carpenter a fini par laisser tomber la franchise "Halloween" et ne s'est même pas donné la peine de regarder la plupart des suites. Big John a cependant récemment fait savoir qu'il avait un jour visionné l'un des épisodes les plus conspués par le public et la critique, et n'a pas hésité à dire tout le mal qu'il en pensait.

Créateur des personnages cultes que sont Michael Myers et Laurie Strode, qui ont fait leur grand retour dans les salles obscures le mercredi 24 octobre, John Carpenter n'est pas un énorme fan de tous les épisodes de la franchise Halloween, loin s'en faut. Lors d'une conversation avec le producteur Jason Blum, le Maître de l'horreur a révélé que s'il n'avait pas vu tous les opus, il en avait tout de même détesté en particulier. Dans le long-métrage en question, le sort funeste réservé à Jamie Lee Curtis est d'ailleurs expédié dès les premières minutes.

"Oh mon Dieu. Je n'arrivais pas à y croire" assure Big John

Réalisateur, co-scénariste, producteur et compositeur de Halloween, La nuit des masquesle chef d'oeuvre original de 1978, John Carpenter a rapidement décidé de lâcher les rênes de la saga. Après avoir produit et écrit Halloween IIpuis produit Halloween III, le sang du sorcierBig John a en effet laissé la franchise se poursuivre dans les années 80, 90 et 2000 sans s'impliquer. Il aura donc fallu attendre 2018 et le Halloween de David Gordon Green pour qu'il s'y intéresse à nouveau, puisqu'il officie en tant que producteur exécutif et compositeur sur cette suite et reboot, qui a réalisé le meilleur démarrage de la saga aux USA.

Lors d'une récente conversation avec Jason Blum, producteur du nouvel épisode, John Carpenter a fait savoir qu'il n'avait regardé quasiment aucune suite affiliée à la franchise. Comme le rapporte le site TooFab, le cinéaste a tout de même jeté un coup d’œil à l'une d'entre elles, qui l'a apparemment fait bondir de son siège. Il s'agit d'Halloween : Resurrection, huitième opus sorti en 2002 et réalisé par Rick Rosenthal, à qui l'on doit également Halloween II.

Dans ce long-métrage peu recommandable, Laurie Strode, interprétée par Jamie Lee Curtis, fait une très courte apparition. Dès la séquence d'introduction, elle est en effet tuée par Michael Myers, qui était encore son frère dans cet épisode. Par la suite, le meurtrier retourne dans sa maison d'enfance à Haddonfield. Dans ce lieu qui suscite une fascination morbide, le tueur masqué se fait une joie d'accueillir un groupe de jeunes sélectionnés pour une émission de télé-réalité. Les producteurs du programme les mettent au défi de passer une nuit dans l'effrayante demeure et de trouver des explications sur ce qui a poussé le Boogeyman à tuer. Comme prévu, ils périront bien évidemment les uns après les autres. Conspué par la critique à sa sortie, Halloween : Resurrection a reçu seulement 11% d'avis favorables, d'après le site Rotten Tomatoes. Le film a néanmoins réussi à marquer les mémoires grâce à une hallucinante scène de karaté entre Michael Myers et le rappeur Busta Rhymes.

Face à Jason Blum, John Carpenter a déclaré à propos de cet épisode :

J'ai regardé celui dans la maison, avec toutes les caméras. Oh mon Dieu. Oh Seigneur, mon Dieu. Et puis le gars qui prononce le discours sur la violence à la fin. Que s'est-il passé ? Oh mon Dieu. Je n'arrivais pas à y croire.

Les plus téméraires pourront dont retenter la sombre expérience qu'est Halloween : Resurrection, la suite la plus détestée de la franchise. De notre côté, on préfère se rabattre sur l'original ou sur le reboot actuellement au cinéma, dont vous pouvez (re)découvrir la bande-annonce ci-dessous :

 

Voir aussi

Énorme : la mère de Jonathan Cohen joue dans le film

Énorme : la mère de Jonathan Cohen joue dans le film

Dans son film "Énorme", Sophie Letourneur raconte avec un humour noir et sur un ton unique une grossesse non-désirée, sournoisement déclenchée par un homme au très fort désir de paternité. Pour ce film troublant, la réalisatrice mélange la comédie et le genre documentaire, en faisant appel à de véritables professionnels de la santé, des pianistes, un vrai chamane et même... la maman de Jonathan Cohen !