Incassable : pourquoi le film faisait peur à Disney ?

Incassable : pourquoi le film faisait peur à Disney ?

En 2000, M. Night Shyamalan signe un film en avance sur son temps avec "Incassable". Des années avant que les super-héros s'approprient les sommets du box-office, le réalisateur s'empare du sujet, qui effraie alors les studios Disney.

Incassable : le premier affrontement

Un an après Sixième sens, M. Night Shyamalan et Bruce Willis se retrouvent pour Incassable. Sorti en 2000, le long-métrage débute avec un terrible accident de train. Une catastrophe dont seul David Dunn (Bruce Willis) ressort vivant, sans la moindre égratignure. Un miracle qui ne cesse de l'intriguer à son retour chez lui, à Philadelphie.

David se rend compte qu'il n'a pas le souvenir d'avoir déjà été malade et ou de s'être blessé. Alors qu'il s'interroge sur sa véritable nature, l'agent de sécurité fait la rencontre d'Elijah Price (Samuel L. Jackson). Spécialiste des comics souffrant d'ostéogenèse imparfaite, plus connue sous le nom de "maladie des os de verre", cet homme lui assure qu'il est un super-héros. Encouragé par son fils Joseph (Spencer Treat Clark), David va donc se mettre à l'épreuve lui-même, essayer de découvrir ses pouvoirs et affronter des criminels.

Incassable
David Dunn (Bruce Willis) - Incassable ©Walt Disney Studios Motion Pictures

Robin Wright et Charlayne Woodard complètent la distribution d'Incassable. S'il voit ce film comme le premier d'une trilogie dès l'écriture, seize ans se passent avant que le deuxième volet ne débarque dans les salles obscures. En 2016, David Dunn fait une apparition à la fin de Split, bien décidé à traquer la Bête (James McAvoy). Leur affrontement et les retrouvailles avec Elijah Price ont lieu dans Glass, ultime volet de la saga sorti en 2019.

Un pari risqué pour Disney

Lorsque Split et Glass sortent, les super-héros sont légion au cinéma. En 2009, Disney rachète Marvel, un an après la sortie d'Iron Man et de L'Incroyable Hulk. Deux blockbusters qui annoncent la création des Avengers et le lancement du gigantesque MCU. Du côté des personnages de l'écurie DC, Christopher Nolan signe notamment la trilogie du Dark Knight, avant que Zack Snyder ne chapeaute les aventures cinématographiques houleuses de la Justice League.

Mais en 2000, au moment de la sortie d'Incassable, les studios sont encore loin de considérer les super-héros comme leur poule aux oeufs d'or. Cette année-là, les X-Men viennent tout juste de faire leur arrivée dans les salles. Pour vendre le long-métrage produit par le biais de sa filiale Touchstone Pictures, Disney décide donc de miser sur les éléments alléchants de Sixième sens plutôt que sur les capacités surhumaines de David Dunn : le mystère, le suspense voire même l'horreur. La bande-annonce du film se concentre par exemple essentiellement sur le terrible accident de train auquel le protagoniste survit, et sur sa conversation avec un médecin à l'hôpital.

Ce trailer n'évoque à aucun moment la passion d'Elijah Price pour les comics, pourtant évoquée dès les premières secondes du long-métrage. Des années plus tard, M. Night Shyamalan révèle qu'il regrette qu'Incassable ait été vendu de la sorte. Interrogé par Variety en 2021, le cinéaste déclare :

Si je devais revenir en arrière, je soulignerais davantage les différences entre les films (Sixième sens et Incassable, ndlr). Incassable n'est pas effrayant. C'est un film étrange, un film de super-héros. C'est ironique, non ? Le fait que nous ayons fui ce qui les effrayait le plus, les comics. C'est ce qui les inquiétait énormément, le fait que personne ne veuille voir un film sur des comics. C'est Disney. Auraient-ils pu savoir que des années plus tard, ils miseraient tout sur cette chose dont ils avaient si peur de parler ?

Incassable
Elijah Price (Samuel L. Jackson) - Incassable ©Walt Disney Studios Motion Pictures

Un point de vue partagé par Quentin Tarantino

Alors qu'il établit le classement de ses films préférés en 2009 pour Sky Movies, Quentin Tarantino clame son amour pour Incassable. Il estime lui aussi que le long-métrage a souffert d'une mauvaise promotion à l'époque, et qu'il a donc été incompris :

Pour moi le film était très obscur lorsqu'il est sorti, sur son sujet. Je pense qu'ils (les studios, ndlr) se sont compliqués la tâche, parce que le film peut être présenté en une seule question, ce qui aurait été bien plus intrigant que leurs publicités, et qui serait : "Et si Superman était sur Terre mais qu'il ne savait pas qu'il était Superman ?", ce qui est le sujet du film, et on ne le comprend que devant... Bref, je pense qu'Incassable est un des chefs-d'oeuvre de notre temps.

 

Voir aussi

Guillaume Gouix (Amore Mio) :

Guillaume Gouix (Amore Mio) : "J'ai toujours aimé les personnages qui chient sur le bureau du patron"

Lors de la neuvième édition du Festival de Saint-Jean-de-Luz, nous avons rencontré Guillaume Gouix, qui signe son premier long-métrage en tant que réalisateur avec "Amore Mio". Un drame extrêmement touchant qui a connu un tournage intense, comme nous l'a expliqué son metteur en scène.