ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Lara Croft - Tomb Raider : cette condition imposée à Angelina Jolie sur le tournage

Lara Croft - Tomb Raider : cette condition imposée à Angelina Jolie sur le tournage

Première adaptation du célèbre jeu vidéo, "Lara Croft : Tomb Raider" a fait d’Angelina Jolie une star internationale. La comédienne a pourtant failli ne jamais incarner l’archéologue, et a même proposé un marché étonnant aux producteurs pour les convaincre de son implication dans le projet.

Lara Croft - Tomb Raider : quand l’archéologue débarque au cinéma

Alors que Pamela Anderson, Demi Moore ou encore Rhona Mitra (qui l’a incarnée pour le lancement du jeu Tomb Raider II) avaient été envisagées pour le rôle, Lara Croft débarque dans les salles obscures en 2001 sous les traits d’Angelina Jolie. Dans cette première adaptation cinématographique signée Simon West (Les Ailes de l’enfer, Le Flingueur), l’archéologue affronte une société plus si secrète, les Illuminati.

Lorsque l’une des têtes pensantes de l’organisation se lance à la recherche d’un triangle sacré permettant à son possesseur de contrôler le temps, Lara Croft met tout en œuvre pour le devancer. De l’Angleterre au Cambodge, en passant par l’Italie, l’archéologue essaie de débusquer des indices avant ses ennemis, afin de mettre la main sur cet artefact accessible tous les 5000 ans, qui pourrait changer le cours de l’Humanité.

Lara Croft - Tomb Raider : cet étonnant marché qu'Angelina Jolie a proposé aux producteurs pour les convaincre d'avoir le rôle.

Bénéficiant d’un budget de 115 millions de dollars, Lara Croft : Tomb Raider est un succès à sa sortie, rapportant près de 275 millions de dollars dans le monde. Il fait par ailleurs d’Angelina Jolie une star internationale. Tout juste récompensée par l’Oscar du Meilleur second rôle féminin pour sa performance dans Une vie volée, l’actrice est alors en pleine éclosion grâce à ses rôles dans Les Aiguilleurs, Bone Collector ou 60 secondes chrono, et commence à atteindre le statut qu'on lui connaît avec le blockbuster. Pourtant, tout n’était pas gagné pour la comédienne, loin de là…

Une actrice "fragile" ?

Au début des années 2000, la relation fusionnelle entre Angelina Jolie et son frère James Haven est sujette à de nombreuses rumeurs, et son mariage avec Billy Bob Thornton fait lui aussi jaser. Même si elle crève l’écran dans Une vie volée et que le thriller Bone Collector la met au premier plan face à Denzel Washington, la réputation de la comédienne est peu reluisante aux yeux de l’industrie hollywoodienne.

Ses excès et sa supposée consommation de drogues écartent progressivement Angelina Jolie du rôle de l’aventurière qui cartonne sur le marché du jeu vidéo. Les choses ne s’arrangent pas lorsque Jon Voight, son père, et Jane Fonda, une amie de la famille, contactent Sherry Lansing, présidente de Paramount Pictures, pour la prévenir que l’actrice serait "extrêmement fragile".

Consciente de son image, Angelina Jolie propose ensuite un marché à l’équipe du film. Dans la biographie de Sherry Lansing intitulée Leading Lady, le réalisateur Simon West raconte à l’auteur Stephen Galloway que la comédienne aurait déclaré :

Je veux le faire mais je connais ma réputation, et je ferai tout pour vous prouver que j’en vaux la peine. Je suis quelqu’un sur qui on peut compter, je travaillerai durement. Je m’en fiche si la production veut me soumettre à des tests toxicologiques tous les jours.

Durant le tournage, Angelina Jolie est effectivement soumise à des tests toxicologiques aléatoires, qui se révèlent toujours négatifs. L’actrice impressionne l’équipe en s’investissant dans la majeure partie de ses cascades, et tourne finalement avec son père Jon Voight. En 2003, elle rempile pour la suite, Lara Croft Tomb Raider : Le berceau de la vie, avec laquelle elle tente au côté du réalisateur Jan de Bont d’approfondir la personnalité de l’archéologue, là où Simon West se contentait de l’hypersexualiser. Mais le film est un échec, qui ne rapporte que 160 millions de dollars dans le monde pour un budget de 95 millions, et marque les adieux entre la star et le personnage.

 

Voir aussi

Ils : le film d'horreur français s'inspire-t-il d'une histoire vraie ?

Ils : le film d'horreur français s'inspire-t-il d'une histoire vraie ?

Prétendument tiré de faits réels, le film d'horreur "français" pourrait finalement ne pas l'être. On vous dit pourquoi il y a des bonnes raisons de douter de cet argument. Ensuite, libre à chacun de croire l'anecdote qui est à l'origine de cette excellente réalisation de David Moreau et Xavier Palud.