Marvel : Martin Scorsese persiste et interpelle les exploitants - CinéSéries
ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Marvel : Martin Scorsese persiste et interpelle les exploitants

Marvel : Martin Scorsese persiste et interpelle les exploitants

Les déclarations de Martin Scorsese sur les films Marvel ont fait réagir autant le public que certaines personnalités d'Hollywood. Le réalisateur américain ne regrette rien et vient même d'enfoncer le clou avec de nouveaux propos qui confirment sa position.

Le Marvel Cinematic Universe (MCU) est devenu un monstre. Une entité gigantesque et tentaculaire vampirisant toute l'attention, décuplant les succès dingues au box-office. Chaque nouvelle sortie est toujours un événement. C'est un fait. Et dans cette position de force, tout le monde a forcément un avis dessus. Martin Scorsese aussi. Le réalisateur de 76 ans n'a, sur le papier, aucun atome crochu avec ce que peut faire Marvel. Son cinéma, différent, est motivé par d'autres intentions. Quand il a eu l'occasion de s'exprimer sur le sujet, ses propos ne sont pas passés inaperçus. Pour les résumer : Marvel ce n'est pas du cinéma. Un constat un peu fort qui pourrait mener à un vaste débat. En tout cas, les réactions n'ont pas manqué de pleuvoir.

Martin Scorsese interpelle les responsables des salles

Quelques jours après, lors de son passage au BFI London Film Festival, Martin Scorsese a été invité à de nouveau s'exprimer. Histoire de voir s'il comptait affiner son point de vue ou, pourquoi pas, le changer. Pas de rétropédalage, ses mots sont toujours aussi durs :

Quand l'utilité d'un film est la même que celle d'un parc d'attraction, par exemple ce que sont les films Marvel, et que les cinémas deviennent des foires, c'est une autre expérience. Mais ce n'est pas du cinéma. C'est autre chose.

Et on a besoin que les responsables des salles de cinéma soient contre ça. Afin de permettre à leurs salles de projeter des films avec une narration. Mais un film dit narratif peut être un plan séquence de trois heures. Je ne dis pas qu'il doit avoir une structure conventionnelle avec début, milieu et fin.

On reste d'accord avec Martin Scorsese sur le fait que les films Marvel ne font pas de l'artistique leur priorité. Nous sommes rarement surpris par ce qu'on y trouve d'un point de vue formel. Les réalisations ne débordent pas de personnalité et se mettent au service d'une narration - elle-même au service d'un tout, le MCU. Après, de là à penser que les gérants des cinémas vont s'y opposer, c'est se mettre profondément le doigt dans l'oeil. Personne n'osera refuser un Marvel qui va, à coup sûr, approcher ou dépasser le milliard de dollars au box-office.

Martin Scorsese a une vision déconnectée de la réalité et, même si nous serions les premiers à adorer que le cinéma à grand spectacle soit moins formaté, rien ne semble pouvoir contrarier la supériorité de Disney à Hollywood. Tant que le public continuera de se rendre massivement dans les salles, impossible d'envisager des changements. Mais ne soyons pas trop pessimistes, il existe des tonnes de choses à découvrir sur nos écrans qui valent plus le coup. À commencer par Joker, le parfait exemple de la contre-proposition ambitieuse qui peut déboucher sur un succès financier, critique et public (notre critique).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Bird Box 2 est bien en préparation chez Netflix

Bird Box 2 est bien en préparation chez Netflix

Carton absolu sur Netflix, le film "Bird Box" réalisé par Susanne Bier et avec Sandra Bullock en tête d'affiche va voir sa suite, toujours sur la plateforme américaine. Il s'agira d'une adaptation de la suite, toujours écrite par Josh Malerman, déjà parue en version papier : "Malorie."