ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

The Punisher : Le créateur de Sons of Anarchy a vu son adaptation être rejetée par Marvel

On est passé à côté de quelque chose !

The Punisher : Le créateur de Sons of Anarchy a vu son adaptation être rejetée par Marvel

"The Punisher" est probablement l'un des personnages les plus complexes de l'univers Marvel. Pas étonnant qu'un scénariste tel que Kurt Sutter ait été séduit par l'anti-héros, au point qu'il compose un script pour les besoins de Marvel. Malheureusement, le résultat ne fut pas celui escompté pour le créateur de "Sons of Anarchy".

Un "justicier" sans pitié

Frank Castle aka The Punisher apparaît pour la première fois dans le comic book The Amazing Spider-Man #129 en février 1974. Ancien marine, il perd complètement la tête lorsque sa femme et ses enfants sont assassinés par la mafia. Dès lors, il se lance dans une campagne contre le crime de manière disproportionnée.

En effet, à la différence de nombreux super et anti-héros de l'écurie Marvel, The Punisher plaide pour la justice expéditive. Reconnaissable au crâne blanc qui orne sa poitrine, il terrorise la plupart des criminels car il n'a aucune pitié pour eux. Ainsi, il s'est mis à dos des personnages tels que Spiderman ou Daredevil du fait de ses méthodes jugées extrémistes. Bien qu'il n'ait aucun super pouvoir, son expérience militaire fait de lui un génie tactique aussi redoutable que Captain America. Surtout, Frank Castle est un personnage prêt physiquement et mentalement pour faire la guerre.

La popularité du personnage a fait qu'il a obtenu plusieurs adaptations plus ou moins réussies. Il y a d'abord Punisher, sorti en 1989 et porté par Dolph Lundgren. Il y a ensuite The Punisher, sorti en 2004. Enfin, il y a Punisher : War Zone, sorti en 2008. Sur petit écran, on n'oubliera pas la présence du personnage dans la seconde saison de Daredevil, avant qu'il ait droit à sa propre série The Punisher

Une suite au Punisher de 2004

Durant le milieu des années 2000, Marvel flirtait entre les bonnes et les mauvaises adaptations de comics. Ainsi, le film consacré à Frank Castle en 2004 (et incarné par Thomas Jane) devait avoir une suite. Une surprise quand on sait que le long-métrage fut un four critique et commercial. C'est donc à Kurt Sutter que la patate chaude fut refilée. Sauf que l'homme qui créa quelques années plus tard Sons of Anarchy livra un script insatisfaisant pour Marvel :

C'était une expérience vraiment intéressante car je n'avais jamais travaillé avec Marvel auparavant. Je pense que j'ai pris trop de libertés avec certains personnages et certains traits de leur caractèreOn ne m'avait pas demandé d'en faire autant. J'ai juste vu l'histoire d'une manière différente. Du coup, j'ai écrit le scénario et ils étaient du genre : "on ne veut pas cela."

En effet, Sutter souhaitait notamment introduire un intérêt amoureux. Une idée jugée absurde par Marvel quand on connaît le comportement solitaire et sociopathe du personnage :

Je souhaitais apporter un niveau de réalité plus important à l'univers du Punisher. J'avais cette mission de vouloir ancrer Frank Castle dans le monde tel que je le connaissais.

The Punisher
Frank Castle (Thomas Jane) - The Punisher ©Lionsgate Films

Le script de cette suite rejetée, Marvel mettra en scène une adaptation reboot en 2008 qui sera un plus grand flop que le film de 2004. Quant à Kurt Sutter, il trouvera son succès à la télévision avec deux séries qui ont marqué l'Histoire du petit écran : The Shield et Sons of Anarchy. Un joli lot de consolation, en somme.

Si Sutter n'a pas pu diriger la série The Punisher sur Netflix, il va toutefois pouvoir travailler avec la plateforme. En effet, il va réaliser le film d'horreur produit par Blumhouse : The Beast.

 

Voir aussi

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Grand film de René Clément, "Jeux interdits" révéla Brigitte Fossey alors qu'elle n'était qu'une enfant. Sur le tournage, ce n'était pas toujours facile de lui faire exprimer certaines émotions. Pour la scène finale, le réalisateur opta pour une méthode qui aurait pu la traumatiser.