MENU
Accueil > News > People > Interviews > Triple Frontière : on a rencontré le réalisateur J.C. Chandor

Triple Frontière : on a rencontré le réalisateur J.C. Chandor

Mercredi 6 mars dernier, nous avons eu la chance de rencontrer toute l’équipe (ou presque) du film Netflix « Triple Frontière » lors du junket à Madrid. Après les duos Ben Affleck/Oscar Isaac et Charlie Hunnam/Garrett Hedlund, voici le tour du réalisateur J.C. Chandor.

J.C. Chandor commence à être connu. Réalisateur de Margin Call, All Is Lost et  A Most Violent Year, il adore filmer des mecs vivant des situations plus que difficiles. Traders, navigateur, chef d’entreprise cubain essayant de percer et aujourd’hui soldats d’élite, tous passent de sales moments dans les films du réalisateur. Dans Triple Frontière, dont vous pouvez retrouver notre critique, J.C. Chandor suit 5 soldats des forces spéciales mis à mal suite au vol du butin énorme d’un narcotrafiquant. Tout commence comme un film classique de voleurs et se termine en survival movie. L’argent tant rêvé devient un sacré fardeau.

Comme nous l’avons fait avec Ben Affleck et Oscar Isaac, puis avec Charlie Hunnam et Garrett Hedlund, nous voilà donc assis à table avec notre ami J.C. coiffé d’une casquette. Nous parlons entre autres de son métier de réalisateur, du projet (chaotique à la base) de Triple Frontière avant qu’il ne devienne un film et du long-métrage en lui-même évidemment…

C’est comment de diriger des acteurs qui sont eux aussi des réalisateurs ?

J.C. Chandor : C’est vrai que j’ai dirigé Robert Redford dans All Is Lost et là Ben Affleck dans Triple Frontière. Ils sont très intelligents, ils ont tous les deux cette folle carrière où ils ont tout défoncé au box office en étant jeune et ont fini par réaliser de très bons films. Je pense que ce qui est arrivé les deux fois, c’est qu’ils étaient super soulagés de ne pas avoir à s’inquiéter de tout ce qui concernait la réalisation. Il leur suffisait de se laisser diriger. Mr Redford par exemple, ne regardait même pas les écrans, il faisait ses petits trucs et rentrait chez lui aussitôt que c’était terminé. Pourtant j’aurais adoré qu’il me donne des conseils (rires) ! Lors de mon premier contact avec Ben, il était dans un moment de sa vie où il voulait juste jouer la comédie, tout simplement. 

Pourquoi pensez-vous que Ben Affleck est si parfait dans son personnage ?

J.C. Chandor : Le film Triple Frontière a pour moi deux niveaux de lecture. Un gros film de testostérone avec un casse et de l’action, et après il y a ce côté intime, ces soldats vétérans, n’oubliez pas que nous sommes en guerre depuis 19 ans. Il y a beaucoup de gens de mon âge qui ont fait la guerre pour nous. L’Amérique n’a jamais pris ses responsabilités pour ça, rien ne pourra payer les dégâts psychologiques non plus. Ben Affleck représente le leader du groupe, il a l’âge et le physique, et c’est un super acteur, on sait ce qu’il pense dans les scènes très calmes alors qu’il ne dit rien. Il est à un moment de sa carrière où il a un énorme succès mais il est aussi à un point où il doit se réinventer. Son personnage a un peu le même ressenti, il doit se réadapter après avoir été un grand soldat, le meilleur des meilleurs. Mais le plus important, c’est que Ben voulait vraiment être là avec nous et faire ce film !

Que pensez-vous de Netflix et des plates-formes de streaming en général ?

J.C. Chandor : Cela fait partie de là où nous en sommes dans le business du film aujourd’hui. Vous avez ces magnifiques TV géantes pour 300 dollars, tout le monde peut en avoir. Et il y a internet, où on peut voir n’importe quel film jamais fait, c’est un temps de changement dans notre industrie, et c’est très stressant avouons-le, y compris pour moi (rires). En tant que scénariste, je veux raconter des histoires qui vont provoquer des réactions, parfois des réactions dans l’intimité d’un salon grâce à cette nouvelle ère, du coup c’est juste énorme pour nous, on n’a encore jamais eu une telle opportunité pour raconter des histoires. Et malheureusement aujourd’hui les seuls films qui ont la possibilité de sortir au ciné aux Etats-Unis sont les block-busters. Alors le fait que Netflix soutienne des films à budget moyen c’est génial. On ne sait pas de quoi sera fait demain, certains vont quitter le business, d’autres vont arriver, ce sera probablement une route chaotique, en tout cas j’espère que j’aurai encore du boulot (rires). 

Pourriez-vous nous en dire plus sur le projet Triple Frontière parce qu’il a fallu beaucoup de temps avant qu’il n’arrive enfin sur nos écrans ?

J.C. Chandor : J’ai fait 3 films à la suite pour lesquels j’avais tout fait de A à Z, ce qui pour l’ego est super mais en tant que réalisateur je me limitais un peu ! L’histoire de Triple Frontière me parle beaucoup car j’ai beaucoup de militaires dans ma famille. Ceci dit je n’aurais pas eu l’idée de combiner l’idée du groupe de militaire avec celle du casse. J’avoue que quand j’ai lu le scénario je me suis dit « wahou, c’est vraiment intéressant, ça ne parle pas des militaires directement, mais quand même ». La partie sur le casse permet de jouer pas mal sur la vraie nature des gens. Bref, c’était une super opportunité en tant que réalisateur, et en tant que scénariste c’était cool, car j ai reçu le script et je l’ai repris, j’ai pu y ajouter des trucs avec l’accord de Mark Boal. J’ai pensé que ça allait être rapide mais ça a pris 3 ans ! En l’occurrence, j’ai adoré bosser sur un projet difficile comme ça, c’était un challenge. 

Roman Vasyanov (Director of Photography), J.C. Chandor (Director and co-screenwriter) by Melinda Sue Gordon / Courtesy of Netflix

Encore un film sur des hommes, pourquoi ?

J.C. Chandor : L’industrie bancaire est dominée par les hommes et évidement la guerre aussi. J’aime montrer les meilleurs et les pires instincts de la psyché masculine, à la fois aider son prochain mais vouloir en retirer des récompenses. Les hommes ne font pas les choses purement et simplement, ils font des efforts pour leur ego ou pour l’argent. Les mecs de Triple Frontière sont dans la merde car ils veulent faire quelque chose de légitimement bénéfique pour eux mais d’une manière impure. Et c’est comme ça pour tout le monde si on réfléchit bien, même pour moi, parfois je me dis « Ce boulot est trop beau pour être vrai ! ». 

Propos recueillis par Anne Domureau. 

Triple Frontière de J.C. Chandor, sera disponible sur Netflix à partir du 13 mars 2019.

Voir aussi

Netflix pourrait perdre les prochaines séries CW

Alors que la CW vient juste de dévoiler les trailers pour ses nouvelles séries de la rentrée prochaine, on apprend que l'accord CW-Netflix pourrait bien ne pas être renouvelé. En effet, "Batwoman", "Nancy Drew" et "Katy Keene" seront directement négociées par leurs studios respectifs (Warner Bros TV et CBS TV) pour leur diffusion. 

Exprimez vous !

Copyright © 2019 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis