MENU

Sorties Cinéma du 08 juillet 2009

  • Bronson
    14 juillet 2009 Action, Crime, Drame 1h22

    À 19 ans, Michael Peterson est condamné à 7 ans de prison pour vol à main armée. Il a braqué un bureau de poste avec un fusil à canon scié qu'il a lui-même bricolé. Son butin s'élève à 26,18 £. En prison, sa violence répétée contre gardiens et co-détenus va en faire le prisonnier le plus dangereux et le plus médiatique d'Angleterre. Lors d'une de ses rares période de liberté, il a adopté Bronson comme nom de guerre. À ce jour, il a passé 34 années en prison dont 30 en isolement cellulaire.

  • Bambou
    8 juillet 2009 Comédie 1h30

    Alain (Didier Bourdon), cadre dans une banque, souhaite avoir un enfant de sa femme, Anna (Anne Consigny). Celle-ci se verrait davantage en pianiste reconnue qu’en mère de famille. Tout bascule lorsque le couple recueille une petite chienne cocker, Bambou. Ayant réussi son audition, Anna part en tournée avec un chef d’orchestre de renommée internationale (Pierre Arditi). L’éloignement accentue les différents du couple et les deux amants décident de faire un break. Alain se retrouve alors sans femme, ni bébé mais avec une petite chienne qu’il supporte difficilement. Leurs rapports conflictuels vont pourtant laisser place à une réelle complicité : dans sa traversée du désert qui va le conduire à quitter son travail, fréquenter des voyous et des lieux peu recommandables, Alain va également côtoyer les vétérinaires, services de la SPA et même un psy pour chien (Eddy Mitchell) pour finalement réaliser que Bambou est probablement le dernier lien qui l’unit encore à Anna.

  • Bancs publics (Versailles rive droite)
    8 juillet 2009 Comédie, Drame, Romance 1h50

    Lucie arrive à son bureau et découvre, accrochée sous une fenêtre de l'immeuble d'en face, une banderole noire avec écrit : "HOMME SEUL". Est-ce un gag, un cri du coeur, un appel au secours ? Lucie et ses deux collègues s'interrogent et décident de mener leur enquête… A midi, elles pique-niquent à côté, au "SQUARE DES FRANCINE". Là, les amoureux graves, les solitaires enjoués, joueurs de tous âges, tournent autour du joyeux jet d'eau. La ronde continue en face, au magasin "BRICO-DREAM" où, sous les conseils plus ou moins compétents d'une équipe de vendeurs en sur-effectif, les clients calculent, échafaudent, tendus, angoissés, ayant peur de repartir avec des étagères trop courtes, des vis trop longues… A la fin du jour, aurons-nous croisé l"'homme seul" parmi la multitude de ces personnages affairés ?

  • Après l'océan
    8 juillet 2009 Drame 1h48

    Otho et Shad quittent Abidjan pour l'aventure de la grande Europe. Ils rêvent de revenir en bienfaiteurs, en héros. En Espagne, une descente de police sépare leur destin. Otho, reconduit à la frontière, rentre dans son pays. Il ne trouve affection et compréhension qu'auprès de sa soeur et du jeune Baudelaire. Pour les autres, il devient un paria. Il est porté par des projets pensés pour une Afrique qui croirait en elle-même... Shad, lui, poursuit son rêve de conquête à tout prix. Il va en Angleterre où il rencontre Tango, une Française en rébellion. Elle l'entraîne à Paris où elle a encore de la famille qui pourra peut-être les aider. Shad fait renaître Tango à la vie en l'attirant dans le milieu chaleureux des Africains exilés, où elle tombe amoureuse d'Olga. Mais ils affrontent la cupidité de certains "frères" noirs, la jalousie du cousin de Tango, l'administration...

  • Parque vía
    8 juillet 2009 Drame 1h26

    Gardien d’une luxueuse demeure à Mexico, Beto, un vieil «indio», occupe seul les lieux vides dans l’attente que la maison soit vendue. Ses contacts avec l’extérieur se résument à la propriétaire qui vient inspecter son travail de maintenance et Lupe, une prostituée, qu’il paye une fois par semaine pour un peu de compagnie. Muré dans sa solitude parfois interrompue par les visites d’acheteurs, Beto vit comme un reclus, coupé de l’industrieuse ville de Mexico, un monde bondé et angoissant. Une simple visite au marché se transforme en un véritable supplice. Pour lui, la télévision constitue l’unique fenêtre sur le monde extérieur, même si la teneur des nouvelles ne change jamais: manifestations noyées dans le sang, meurtres crapuleux, guerres ignobles. Mais le gardien doit quitter la maison lorsque celle-ci est vendue. Malgré les efforts de son ancienne patronne pour lui trouver un nouvel emploi, il craint de ne pas pouvoir travailler au-dehors, habitué pendant plus de dix ans à vivre dans cet espace confiné.Au-delà de la destinée de Beto, Parque vía montre, à travers le lien entre le vieil employé et la propriétaire, la fracture sociale dans un Mexique moderne: le fossé entre riches et pauvres confondu avec celui entre blancs et «indios» – les peuples indigènes du Mexique. Enrique Rivero dépeint la misère d’un individu, et donc celle de toute une population, cantonné aux activités les plus ingrates. Ce film basé sur la vie de Nolberto Coria, qui joue son propre rôle (Beto), mêle l’aspect documentaire à la fiction: «Il est nécessaire de filmer la beauté de la réalité. Pour arriver à le faire, on a filmé en super-16 mm. Ce format donne une image qui ressemble à celle des documentaires, ce qui nous aide à nous lier avec le personnage» précise Enrique Rivero.

Copyright © 2020 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis