Django Unchained : quand Ennio Morricone ne voulait plus entendre parler de Tarantino

Duel au sommet

Django Unchained : quand Ennio Morricone ne voulait plus entendre parler de Tarantino

"Django Unchained" est considéré par de nombreux fans de Tarantino comme l'un de ses meilleurs films. Mais saviez-vous qu'après la sortie du long-métrage le célèbre Ennio Morricone - qui officie sur le long-métrage - n'a pas été tendre avec le cinéaste ?

Django Unchained, le western de Tarantino

L'intrigue de Django Unchained  démarre avec une rencontre, et pas n'importe laquelle. En Amérique, le Dr King Schultz, praticien allemand, arrête un convoi d'esclaves et demande à la cantonade si l'un des malheureux sait où trouver les frères Brittle. Une voix s'élève et répond par l'affirmative. Celle de Django, un esclave déterminé à retrouver sa femme, Broomhilda. Le Dr Schultz emmène donc Django avec lui. Là, ce dernier réalise que l'étranger est en fait chasseur de primes et accepte de lui venir en aide. En contrepartie, Schultz promet d'affranchir Django et de l'aider à localiser sa bien-aimée. Une quête qui les mènera dans un endroit aussi luxueux qu'effrayant, le domaine de Candyland.

Django Unchained
Django Unchained ©Sony Pictures

Pour son premier western, Tarantino s'est entouré d'un casting d'exception. On retrouve ainsi Jamie Foxx dans le rôle principal - qui devait à la base échoir à Will Smith. À ses côtés, Christoph Waltz, Kerry Washington, mais aussi Leonardo DiCaprio et Samuel L. Jackson ! Pour ce qui est de la bande-son du film, le cinéaste mélomane a fait appel à un monstre sacré du cinéma, le regretté Ennio Morricone. On doit notamment à ce compositeur de génie les musiques de Pour une poignée de dollars ou encore Le Bon, la brute et le truand.

Divergences artistiques

Les fins connaisseurs de Tarantino se rappelleront sans doute de la présence de morceaux de Morricone dans Kill Bill et, plus récemment, Inglourious Basterds - notamment le superbe "Un Amico". Pour autant, les titres choisis pour le film porté par Brad Pitt n'étaient pas des originaux ! À l'inverse, on trouve plusieurs inédits du compositeur italien tout au long de Django Unchained  - mention spéciale à "Ancora Qui", mélodie accompagnée de la voix de sa compatriote Elisa.

Quentin Tarantino et Ennio Morricone
Quentin Tarantino et Ennio Morricone ©Kevin Mazur

Malheureusement, le principal intéressé n'a pas vraiment l'air d'avoir apprécié sa collaboration avec le réalisateur. Selon The Hollywood Reporter, Morricone se serait épanché à ce sujet durant une masterclass dans une université romaine. De son point de vue, le cinéaste ne lui aurait pas laissé assez de temps pour travailler sur Inglourious Basterds, d'où l'utilisation de ses créations antérieures pour le film. Il ajoute que Tarantino place la musique au sein de ses films sans grande cohérence, n'hésitant pas à couper des morceaux. Peu enclin à travailler de nouveau avec le réalisateur américain, il a ensuite donné son avis sur Django Unchained.

Pour être honnête, je n'en ai pas pensé grand chose. Trop de sang.

Tout est bien qui finit bien ?

Les choses se sont ensuite tassées puisque Morricone et Tarantino se sont retrouvés pour The Hateful Eight en 2015. L'Italien a même été oscarisé pour son travail sur le long-métrage !

Toutefois, une interview du compositeur à Playboy Germany a remis le feu aux poudres. Alors âgé de 90 ans, Ennio Morricone y tenait des propos particulièrement virulents, qualifiant notamment le cinéaste de "crétin" et condamnant sa désorganisation sur le tournage de ses films.

Il n'est rien comparé aux grands d'Hollywood Eux, ils avaient de la classe. Tarantino se contente de mitonner de vieux plats.

Mais contre toute attente, Ennio Morricone a démenti avoir parlé en ces termes du réalisateur. Sur son site officiel, il a publié un post intitulé Quentin and I, dans lequel il assure avoir entamé des poursuites contre le journal. Le compositeur de génie loue ensuite le talent de Tarantino et évoque leur bonne relation. Plus encore, il attribue son Oscar - selon lui l'un des plus grands accomplissements de toute sa carrière - à leur collaboration.

Si des zones d'ombres demeurent dans cette affaire, force est de reconnaître que malgré leurs différents, Ennio Morricone et Quentin Tarantino ont réussi à créer ensemble de sublimes moments de cinéma !

 

Voir aussi

Fear and Desire : Stanley Kubrick a détesté son premier long-métrage

Fear and Desire : Stanley Kubrick a détesté son premier long-métrage

Stanley Kubrick est l’un des plus grands réalisateurs de l’Histoire du cinéma, si ce n’est le plus grand. Sa carrière de cinéaste débute réellement en 1953 lorsqu’il réalise son premier long-métrage : "Fear and Desire". Un film qu’il a pourtant détesté et renié, au point de tout tenter pour le faire disparaître.