Fast and Furious 8 : le film marque une date historique

Le retour d’Hollywood à Cuba

Fast and Furious 8 : le film marque une date historique

« Fast and Furious 8 » est le dernier opus en date de la licence en attendant la sortie du neuvième volet. L’occasion de revenir sur le film de F. Gary Gray, qui marque une date historique entre les Etats-Unis et Cuba.

Fast and Furious 8 : le mastodonte du blockbuster

Tout débute en 2001 quand Rob Cohen se lance dans la réalisation du tout premier Fast and Furious. Le film rapporte plus de 207 millions de dollars de recettes pour un budget de 38 millions. Face à ce succès, Universal Pictures sent le filon à exploiter et se lance dans la production d’une énorme franchise. Aujourd’hui, la licence Fast and Furious contient 8 films officiels et un spin-off. Fast and Furious 9 est lui attendu pour le 14 juillet prochain au cinéma.

Fast and Furious 8
Fast and Furious 8 ©Universal Pictures

En 2017, c’est le cinéaste F. Gary Gray qui s’occupe de la réalisation de Fast and Furious 8. Après son succès avec N.W.A – Straight Outta Compton, le cinéaste est choisi par la production pour mettre en scène le huitième opus de la saga, toujours porté par Vin Diesel. Le film rencontre un succès financier monstrueux avec plus de 1.2 milliard de dollars de recettes. Mais Fast and Furious 8, en plus de marquer la séparation entre Vin Diesel et Dwayne Johnson, est une date historique aux Etats-Unis.

Un film historique

Contre toute-attente, Fast and Furious 8 est un film historique. En effet, le long-métrage est le tout premier film hollywoodien tourné à Cuba depuis 1962. Les relations politiques et commerciales entre les Etats-Unis et Cuba ont en effet été gelées pendant presque 60 ans. Une décision qui a été prise par le président Kennedy quand Cuba a décidé de se rapprocher de l’Union Soviétique pendant la Guerre froide. Un embargo qui a été récemment levé sous la présidence de Barak Obama, et qui a permis à F. Gary Gray de poser ses caméras à La Havane pour la scène d’ouverture de son film.

Ainsi, l'œuvre marque une date historique : celle du retour d'Hollywood à Cuba. Et étonnement, les choses ont été plutôt simples comme le racontait Richard Klein, consultant politique qui travaille pour McLarty Media, et qui a joué un rôle important pendant le tournage du film à Cuba. C’est en tout cas ce qu’il a expliqué au micro de Plugin :

Ça peut vous paraître étonnant, mais le gouvernement cubain nous a soutenu à 100%. Ils connaissaient bien la franchise, ici la voiture est un culte, alors Fast & Furious parle à tout le monde. Et puis, la franchise explore des thématiques positives : l’amitié, l’amour, la famille… Il n’y a rien de politique dans Fast & Furious, pas de remise en question du pouvoir. Du coup, pour le pouvoir en place, il n’y a pas de sujets sensibles.

Le côté bon enfant de la saga a donc permis à Universal de voir les portes du pays s’ouvrir. Pour la scène d’ouverture de Fast and Furious 8, pas moins de 12 pâtés de maison ont été fermés à toute circulation, et ce durant une semaine entière. Du jamais vu pour les habitants du coin comme le rappelle Richard Klein :

C’était du jamais vu. Pour un film qui parle de vitesse, c’est tout simplement la meilleure chose dont vous pouvez disposer sur un tournage. Les autorités ont été totalement ouvertes à l’idée, et nous ont aidé à gérer cette situation inédite. Les gens comprenaient bien qu’il se tramait quelque chose. Nous avons fait beaucoup de repérage et les gens de La Havane se demandaient forcément ce que nous étions en train de faire. Certains se plaignaient même un peu de notre présence car ils nous voyaient être très curieux. On ne peut pas leur en vouloir, ce ne sont pas des situations auxquelles ils sont habitués ici.

Ainsi, Fast and Furious 8 marque une date historique pour le cinéma Hollywoodien. Très peu de temps après, la production de Transformers : The Last Knight a également posé ses caméras à Cuba. Malheureusement, cette respiration a été de courte durée puisque Donald Trump est revenu sur la décision de son prédécesseur et a remis en place un embargo commercial entre les deux nations.

 

Voir aussi

Juste la fin du monde sur Arte : Vincent Cassel a remplacé un grand acteur au casting

Juste la fin du monde sur Arte : Vincent Cassel a remplacé un grand acteur au casting

En 2016, le cinéaste Xavier Dolan signe « Juste la fin du monde ». Le long-métrage réunit un casting impressionnant. Mais saviez-vous qu'initialement Vincent Cassel ne devait pas apparaître dans le film ?