ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Star Trek Sans limites : découvrez la longue préparation d'Idris Elba

L’acteur a dû se montrer patient

Star Trek Sans limites : découvrez la longue préparation d'Idris Elba

« Star Trek : Sans limites » vient conclure la trilogie « Star Trek » initiée par J.J. Abrams en 2009. Pour l'occasion c'est Idris Elba qui incarne le méchant. Un rôle complexe puisqu'il nécessitait des heures de maquillage chaque matin.

Star Trek : le renouveau de la saga

En 2009, le cinéaste J.J. Abrams décide de remettre la saga Star Trek au goût du jour. Pour l'occasion, il s'entoure d'un casting notamment composé de Chris Pine en capitaine Kirk, de Zachary Quinto dans la peau de Spock, d'Eric Bana en grand méchant, ou encore de Simon Pegg, de Winona Ryder, de Karl Urban, et de Zoe Saldana. Ce reboot de la franchise culte est globalement bien reçu par les critiques professionnelles autant que populaires. J.J. Abrams parvient à dépoussiérer le mythe pour le moderniser et l'ancrer dans son époque. Côté box-office, le long-métrage rapporte plus de 385 millions de dollars (pour un budget de 150 millions).

Face à ce succès, la Paramount décide de produire une suite en 2013. J.J. Abrams rempile derrière la caméra pour mettre en scène Star Trek : Into Darkness. L'intégralité du casting est de retour tandis que Benedict Cumberbatch succède à Eric Bana dans la peau du grand méchant. Une fois de plus, le film est un succès critique, et certains le considèrent encore plus réussi que le précédent volet. Côté box-office, le long-métrage rapporte plus de 467 millions de dollars de recettes (pour un budget de 190 millions).

Star Trek : Sans limites
Star Trek : Sans limites ©Paramount Studios

Puis, en 2016, Justin Lin reprend les reines de la saga puisque J.J. Abrams a été chargé par Disney de mettre en scène Star Wars : Le Réveil de la Force. Le réalisateur phare de la saga Fast and Furious se lance donc dans la mise en scène de Star Trek : Sans limites. Le casting est de retour, tandis que cette fois-ci, c'est Idris Elba qui incarne l'antagoniste de l'histoire. Ce troisième opus rapporte 343 millions de dollars au box-office pour un budget de 185 millions. À l'heure actuelle, Paramount doit développer un quatrième film Star Trek, mais le projet avance au ralentit.

La longue préparation d'Idris Elba

À travers Star Trek : Sans limites, Justin Lin a voulu aborder le mythe d'une manière réaliste, avec une façon artisanale de créer des décors et des costumes. Le cinéaste a cherché à proposer une identité forte à son métrage, composé de maquillage, de prothèses et d'animatronics. Par exemple, 50 espèces différentes d'extraterrestres ont été créées pour les besoins du film. Il s'agit du record pour un film Star Trek.

Star Trek : Sans limites
Star Trek : Sans limites ©Paramount Studios

Autre succès, l'aspect d'Idris Elba dans le film. Le comédien incarne Krall dans Star Trek : Sans limites, le grand méchant de l'histoire. Là encore, Justin Lin et la production ont préféré aborder le physique du personnage de manière organique. Pas de CGI, mais de longues séances de maquillage chaque matin pour le comédien. Pour incarner Krall, Idris Elba a été obligé de porter des prothèses sur l'intégralité du corps. Il expliquait, à l'époque, sa préparation, chaque matin sur le tournage de Star Trek : Sans limites :

Il fallait jusqu’à 5 heures pour entrer dans la peau du personnage, et 2 heures pour en sortir. C’est un tournant dans la carrière d’un acteur, car on ne peut pas se servir de son visage comme d’habitude : il faut réinventer sa propre apparence et c’est un peu comme si on se servait d’une marionnette. J’ai dû adopter un physique qui n’est pas le mien et tâcher de contrôler les expressions de mon visage sans en faire trop.

Une transformation impressionnante qui rendait le comédien totalement méconnaissable. De plus, Idris Elba est claustrophobe. Et la sensation d'être enfermé sous toute ces couches de maquillage le mettait mal à l'aise. Une sensation qu'il a utilisée pour nourrir son personnage, et la rage qui l'habite.

 

Voir aussi

Garden State sur Disney+ : pourquoi le film a embarrassé Natalie Portman ?

Garden State sur Disney+ : pourquoi le film a embarrassé Natalie Portman ?

Révélé par la série "Scrubs", Zach Braff sort en 2004 son premier film : "Garden State". Le long-métrage a remporté un succès critique inattendu, au point de devenir culte au fil des années. Partageant l'affiche avec l'acteur-réalisateur à l'époque, Natalie Portman est revenue quelques années plus tard sur le film. Avec des mots très surprenants.