ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Terminator Genisys sur C8 : un tournage très compliqué selon Emilia Clarke

Le tournage du blockbuster n'a pas été une partie de plaisir

Terminator Genisys sur C8 : un tournage très compliqué selon Emilia Clarke

Sorti en 2015, "Terminator Genisys" devait marquer le début d'une nouvelle trilogie. Les suites ont finalement été annulées en raison du manque de succès du film. Un échec qui a "soulagé" Emilia Clarke, pour qui le tournage n’a pas été une partie de plaisir.

Terminator Genisys : Schwarzy’s back

Avant que James Cameron ne récupère les droits de la franchise, Paramount voit les choses en grand avec Terminator Genisys. Avec ce cinquième film de la saga sorti en 2015, le studio espère lancer une nouvelle trilogie, reposant en partie sur la présence d’Arnold Schwarzenegger.

Le long-métrage reprend certaines des scènes emblématiques du premier opus dans son introduction. En 2029, la guerre entre les hommes et les machines fait rage. John Connor (Jason Clarke) décide d’envoyer son fidèle lieutenant Kyle Reese (Jai Courtney) en 1984. L’objectif du chef de la résistance : empêcher un T-800 propulsé dans le passé par Skynet de tuer sa mère Sarah Connor (Emilia Clarke).

À l’arrivée de Reese dans les années 80, les éléments semblent éminemment familiers pour les spectateurs. Mais très vite, les choses ne se passent pas comme prévu pour le soldat. Traqué d’emblée par un T-1000 (Lee Byung-hun), c’est cette fois-ci lui qui doit suivre Sarah Connor s’il veut vivre. L'héroïne est déjà consciente de son rôle à jouer pour préserver l’avenir. Un Terminator vieillissant qu’elle surnomme Papy (Arnold Schwarzenegger) l'a formée et lui a expliqué tous les enjeux du conflit.

Un réalisateur bridé d’après Emilia Clarke

Censé offrir un nouveau départ à un univers culte, Terminator Genisys ne remplit pas ses promesses au box-office, ne cumulant que 440 millions de dollars de recettes mondiales, dont moins de 90 millions aux États-Unis, pour un budget de plus de 150 millions. Face à cet échec commercial, mais aussi critique, Paramount décide d’annuler les deux suites. Ces dernières, qualifiées de "trippantes" par le co-scénariste Patrick Lussier, avaient pour objectif de dévoiler l’origine de Skynet, personnifié par Matt Smith dans le film. Le concept de boucle temporelle devait également être davantage exploré.

Terminator Genisys
Terminator Genisys © Paramount Pictures

James Cameron récupère finalement les droits de la saga. Il produit Terminator : Dark Fate en 2019, réalisé par Tim Miller et dans lequel Linda Hamilton reprend le rôle de Sarah Connor. Une situation qui convient parfaitement à Emilia Clarke. Lors d’un entretien accordé à Vanity Fair, la star de Game of Thrones se dit "soulagée" par le plantage de Genisys. La comédienne revient sur les problèmes de production et notamment sur la difficulté d’Alan Taylor à manœuvrer le projet. Habituée à collaborer avec le réalisateur de Thor : Le Monde des ténèbres et de plusieurs épisodes de la série HBO, l’actrice confie :

Alan a été mâché et digéré sur le plateau de Terminator. Il n'était plus le réalisateur que je connaissais. Il ne s'est pas amusé pendant ce tournage. D'ailleurs, personne ne s'est amusé pendant ce tournage.

Arnold Schwarzenegger enfonce le clou

En juillet 2019, durant la Comic-Con de San Diego, Arnold Schwarzenegger se réjouit de son côté de la tournure plus violente de Dark Fate, en comparaison avec Genisys. Le comédien déclare, cité par Écran Large :

J'en avais marre avec le dernier film, quand le studio a décidé d'en faire un PG-13 juste parce qu'ils pensaient ramasser plus d'argent comme ça. Je leur ai dit : "Les mecs vous êtes stupides... C'est une histoire qui est écrite, et une franchise qui est pensée et écrite comme Rated R, et pas un truc comme Terminator le babysitter". Ce n'est pas Terminator. C'est de la triche, de l'avidité, juste pour faire plus d'argent.

Des propos qui reflètent l’évolution tumultueuse de la franchise Terminator. En n’amassant que 261 millions de dollars au box-office mondial, Dark Fate provoque un nouvel arrêt de la saga. Si cette dernière n’est pas si vieille, elle pourrait en tout cas être définitivement obsolète à Hollywood.

 

Voir aussi

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Grand film de René Clément, "Jeux interdits" révéla Brigitte Fossey alors qu'elle n'était qu'une enfant. Sur le tournage, ce n'était pas toujours facile de lui faire exprimer certaines émotions. Pour la scène finale, le réalisateur opta pour une méthode qui aurait pu la traumatiser.