ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Les Filles du docteur March : un passage à l’âge adulte en Blu-ray

« Les Filles du docteur March » de Greta Gerwig est la dernière retranscription (récompensée par l’Oscar des Meilleurs costumes) de la célèbre oeuvre littéraire. Le film est maintenant disponible en Blu-ray et DVD.

Les Filles du docteur March : présentation et critique

Scénario ★★★☆☆

Les Filles du docteur March de Greta Gerwig (Lady Bird) débute avec Joséphine « Jo » March (Saoirse Ronan) qui vient d’essuyer les remaniements de son texte par un éditeur. Puis, elle est confrontée à de violentes critiques lorsqu’elle reçoit une lettre lui annonçant l’état de santé inquiétant de sa plus jeune sœur : Elizabeth, simplement surnommée « Beth » (Eliza Scanlen). Dans un récit à double temporalité mêlant maladie, amour, perte et rivalité, l’enseignante doit retrouver le chemin de la maison tandis qu’elle se remémore les instants-clés de sa vie auprès de sa famille.

Les Filles du docteur March apporte de la fraîcheur aux pages de Louisa May Alcott en appuyant encore davantage sur l’indépendance et l’émancipation de la femme grâce à un « ton moderne » à la limite de l’anachronisme. Pourtant, cela fonctionne et la cinéaste dévoile un long-métrage sans lourdeur qui séduira autant le public masculin que féminin – du moment que l’on affectionne le genre, bien sûr. Ainsi, il n’est pas étonnant qu’en dépit d’un panel impressionnant d’actrices talentueuses, c’est sur Jo que la majorité des projecteurs se fixe. L’auteure est la représentation parfaite de l’indépendance, repoussant le patriarcat et percevant le mariage comme une malédiction. Cela n’est tristement pas sans faille puisque son sentiment de solitude s’accroît. Si ses deux autres sœurs Meg (Emma Watson) et Amy (Florence Pugh) offrent des points de vue différents, elles servent aussi à affirmer qu’il n’y a pas qu’une seule et unique voie pour être ce que certains appellent une « femme forte ». Pour plus de détails concernant notre avis, rendez-vous ici.

Les éditions commercialisées

Les détenteurs d'une copie physique seront satisfaits de la présence d’un fourreau profitant d’une excellente qualité d’impression venant habiller à la fois le DVD et la galette bleue. Il s’agit-là de l’unique « excentricité » pour Les Filles du docteur March qui se voit privé d’un steelbook et d’une édition spéciale qui aurait pu comporter le livre ou la bande-originale composée par Alexandre Desplat (Le Discours d'un roi) par exemple. Qu’en est-il du format Ultra HD ? Celui-ci est absent de tous les marchés sauf, peut-être, en Allemagne où il a été annoncé mais est désormais indiqué comme étant indisponible sur le site Amazon.de.

De gauche à droite : DVD, Blu-ray

Test Vidéo/Audio

Vidéo ★★★★★ Audio ★★★★★

Avec un Oscar pour ses costumes, un tournage 35mm, un intermédiaire digital en 4K et un master au format Dolby Vision selon IMDb, il est incroyable que le studio n’ait pas validé une sortie en Blu-ray dernière génération tant tous les feux sont au vert. Le disque de résolution 1080p permet malgré tout des conditions de visionnage optimales au vu des limitations techniques et il faut s’en réjouir. Le grain de pellicule est discret, jamais intrusif, et seuls quelques points blancs ici et là attirent le regard. L’image dispose d’une netteté appréciable qui conserve une douceur rappelant son tournage sur pellicule. Les détails abondent, des tapisseries aux coutures des robes des protagonistes, en passant par leur chevelure, les paysages (la scène sur la plage est très réussie) et les intérieurs décorés avec goût dans le style du XIXe siècle. En outre, les contrastes sont forts, les noirs robustes et particulièrement à leur aise dans les instants les plus sombres, et la profondeur confère une sensation tridimensionnelle réaliste.

Les plus observateurs remarqueront que la photographie guidée par Yorick Le Saux (Only Lovers Left Alive) se teinte d’une couleur dominante selon l’époque apparaissant à l’écran. Ainsi, le passé arbore une teinte orangée plutôt vive qui symbolise les heures où l’innocence n’avait pas encore été fragmentée par les aléas de la vie. Cette chaleur se retrouve également dans les comportements des March, complices, riant et s’amusant. Le présent est quant à lui plus froid, tirant sur une palette bleutée qui se trouve diminuée durant plusieurs plans, y compris lorsque Jo retrouve enfin un nouveau souffle et se livre entièrement à son inspiration. Le signe d’un avenir prometteur après une succession de drames.

Le doublage français ainsi que la piste originale sont encodés en DTS-HD Master Audio 5.1. Dommage qu’il faille s’en contenter sachant que cette dernière existe en Atmos, situation rappelant le scénario concernant l’image. En résumé : un produit supérieur aurait pu être mis en vente puisque le matériel a déjà été travaillé. Cette note étant faite, concentrons-nous sur le Blu-ray. L’audio reconstitue les dialogues avec fidélité et justesse, excellent point puisque le film repose principalement sur eux. L’activité surround n’est pas inexistante pour autant. Plus encore, pour ce type d’œuvre, elle est au top. Merci aux sons d’ambiance  et à la musique envoûtante qui enveloppent le spectateur dans un espace sonore large et riche.

Test Bonus ★★★☆☆

Sony offre un bel ensemble de suppléments n’atteignant malheureusement pas la barre de l’heure complète mais qui garde le mérite de ne pas trop laisser le spectateur sur sa faim. Comme régulièrement, l’interactivité aurait pu être étoffée par une galerie photo et un commentaire audio ou tout simplement en étoffant les bonus suivants.

  • Une nouvelle génération de femmes (12:52 min) : à travers de nombreuses interviews, ce supplément s’arrête sur la vie de Louisa May Alcott, l’intérêt d’adapter son roman pour une nouvelle génération, ses multiples personnages et l’alchimie derrière ainsi que devant la caméra.
  • Faire un classique moderne (09:02 min) : arrêt sur les départements ayant permis au long-métrage de prendre vie : costumes, éclairages, décors, photographie, inspirations… Bref mais informatif.
  • Greta Gerwig, les femmes font de l’art (09:22 min) : la réalisatrice revient sur sa forte appréciation du roman et de son écrivaine. Les interrogés abordent également ses choix concernant le scénario à l’instar de sa « mise à jour » pour qu’il soit d’autant plus parlant aux spectateurs d’aujourd’hui.
  • Séquence de test cheveux et maquillage (02:58 min) : montage de différents plans accompagné d’un titre de la bande originale.
  • Dans les coulisses (03:25 min) : ce bonus est finalement un résumé de ce qui a déjà été mentionné auparavant comme le casting, le livre et ainsi de suite. Très facultatif.
  • Orchard House, maison de Louisa May Ascott (10:07 min) : discussion avec Jan Turnquist sur le lieu où Les Filles du Docteur March a été écrit et où l’action est supposée se dérouler. Cette dernière établit aussi des comparaisons entre la biographie de Louisa May Ascott et l’histoire retranscrite dans ces pages.

Bilan ★★★★☆

Sixième adaptation cinématographique pour le classique littéraire, Les Filles du docteur March est dépoussiéré pour mieux répondre à l’actualité et se dote d’un casting cinq étoiles. Le Blu-ray est à la hauteur du rendez-vous puisqu’il répond aux standards de la mode Haute Définition et prolonge l’expérience avec près de 50 minutes de suppléments.

Les éditions Blu-ray et DVD de Les Filles du docteur March sont disponibles à la Fnac et sur Amazon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

L’Arnacoeur lundi 6 juillet sur M6 : l’idée principale du film est tirée d’une histoire vraie

L’Arnacoeur lundi 6 juillet sur M6 : l’idée principale du film est tirée d’une histoire vraie

Il y a dix ans, la comédie romantique de Pascal Chaumeil, "L’Arnacoeur", sortait en salles. Romain Duris qui a le rôle principal, joue un briseur de couples professionnel. Une profession bien originale qui trouve son origine grâce à un des scénaristes.