ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Sonic : passez en vitesse supersonique en Blu-ray

Près de 30 ans sont passés depuis que le hérisson bleu a gagné le cœur des joueurs de la Sega Mega Drive. Quoi de mieux pour fêter cet événement que de donner le feu vert à une toute première apparition sur grand-écran ? « Sonic – Le film » fait maintenant une entrée fracassante sur le marché de la vidéo en DVD, Blu-ray et Blu-ray 4K !

Sonic – Le film : présentation et critique

Scénario ★★★☆☆

Sur les pas de Détective Pikachu (2019), c’est au tour de Sonic d’allier prises de vue réelles et animation dans une aventure inédite dirigée par le méconnu Jeff Fowler (Gopher Broke). Au cœur de celle-ci : l’arrivée du personnage sur Terre après avoir été chassé de son monde par des ennemis cherchant à exploiter ses dons exceptionnels et sa rencontre musclée avec le scientifique Dr Ivo Robotnik (Jim Carrey).

À Green Hills, le hérisson doublé par Ben Schwartz (Middleditch & Schwartz) se sent terriblement seul. Il ne peut compter sur la compagnie des humains qu’il surveille en cachette à cause de sa nature hors du commun. Sa frustration est grandissante puis atteint le point de non-retour un soir où s’amuser en solo perd toute sa saveur. Cette surcharge provoque une manifestation incontrôlée de ses pouvoirs et tout le Nord-Ouest Pacifique se voit privé de courant. Un désastre inexplicable qui attire l’attention du gouvernement. Seule l’aide du shérif Tom Wachowski (James Marsden) couplée aux efforts de Sonic pourront contrecarrer les plans du machiavélique Dr Robotnik qui cherche à le capturer à l’aide de ses drones.

Divertissement semblant davantage destiné à un jeune public qu’aux fans de la licence (excepté pour son générique de fin), Sonic – Le film n’a rien d’une référence et rejoint par conséquent les adaptations cinématographiques de jeux vidéo qui peinent à convaincre. Si les talents du héros sont sous-exploités, c’est surtout cette approche trop classique qui blesse le potentiel de l’œuvre. Effectivement, aucune nouveauté n’est proposée et les clichés s'enchaînent. Programme idéal malgré tout pour une soirée pop-corn sans prise de tête ou en compagnie d’enfants qui apprécieront sûrement l’humour. Pour plus de détails concernant notre avis, rendez-vous ici.

Les éditions commercialisées

Paramount Pictures n’oublie pas les férus de l’Ultra HD puisqu’en plus d’un DVD et d’un Blu-ray, l’éditeur propose une galette 4K d’excellente qualité. Concernant les exclusivités, le marchand Fnac en est à nouveau l’unique bénéficiaire avec ses deux steelbooks étonnamment peu chers (les adhérents bénéficient de 5€ crédités sur leur compte) et identiques si ce n’est pour le nombre de disque y étant contenu. Une aubaine que les fans convaincus sauront apprécier !

Sonic
De gauche à droite : DVD, Blu-ray, Blu-ray 4K + Blu-ray, Steelbook Fnac + Blu-ray 4K + Blu-ray (existe en Blu-ray seulement)

Test Vidéo/Audio

Vidéo ★★★★★ Audio ★★★★☆

Filmé par des Arri Alexa Mini et XT Plus, Sonic a été finalisé en 2K seulement. Le Blu-ray 1080p ne manque cependant pas de ressources pour un spectacle de haute qualité dépourvu de banding et de soucis de compression. Les couleurs primaires sont vives, lumineuses, avec des rouges et bleus particulièrement remarquables. Le personnage a suffisamment de textures pour ne pas paraître complètement inapproprié dans le monde réel qui s’ancre, lui, davantage dans les tons verts et terreux durant les plans extérieurs à Green Hills. Il ne dénote pas. Ses bleus électriques sont extraordinaires dès lors qu’il perd le contrôle de ses pouvoirs ou durant sa confrontation finale avec l’antagoniste. Ce final est d’ailleurs le chapitre le plus marquant visuellement grâce à ses contrastes renforcés entre les noirs d’encre de la nuit et les manifestations surnaturelles/technologiques qui illuminent la ville, émanant de l’extraterrestre et du Dr Robotnik.

La profondeur de champ est aussi une réussite, comme par exemple lorsque le héros se trouve sur un point culminant la ville et sa forêt dense au début du film. Les détails révèlent les pores sur les faciès, les lignes des visages, les poils constituant la moustache du scientifique… Les vêtements et décors jouissent aussi d’une définition satisfaisante permettant un détourage précis.

Coup dur pour les français que l’on prive d’une piste audio digne du support. En effet, ceux préférant le doublage devront se contenter d’un Dolby Digital 5.1 ayant sa place sur un DVD tandis que la version originale est gratifiée du meilleur avec le format Dolby Atmos (ou Dolby TrueHD 7.1 pour les non-équipés). Et autant dire que l’utilisation du Dolby Atmos est justifiée tant l’œuvre est dynamique ! Les basses s’en donnent à cœur-joie lors des courses-poursuites, les huit canaux profitent aux drones arrivant de partout et donnant au spectateur l’impression d’être réellement cerné, les sons d’ambiance sont dosés à la perfection pour une immersion réussie et les dialogues sont propres. En outre, la super-vitesse est l’outil rêvé dans le but de prouver son inventivité avec une double perspective, soit un ralenti sonore pour Sonic et une rapidité accentuée pour les humains. Le passage dans le bar en est la parfaite illustration.

Test Bonus ★★★☆☆

En-dehors du commentaire audio et du supplément se focalisant sur le hérisson bleu, l’ensemble est plutôt anecdotique ou s’intéresse surtout à Jim Carrey.

  • Commentaire par le réalisateur Jeff Fowler et Ben Schwartz, la voix de Sonic : le tandem livre des infos croustillantes sur la production, incluant des sujets comme le casting, les effets visuels, les clins d’œil aux jeux vidéo, le doublage et le scénario.
  • Autour du monde en 80 secondes (01:48 min) : à travers des dessins simples, le héros partage les souvenirs qu’il a recueilli en parcourant le Globe : Los Angeles, Londres, Paris…
  • Scènes inédites (13:23 min)
  • Bêtisier (02:13 min) : compilation des fous rires, pitreries et dialogues oubliés.
  • Clip de « Speed Me Up » (03:43 min) : chanson interprétée par Wiz Khalifa, Ty Dolla $ign, Lil Yachty et Sueco the Child.
  • Pour l’amour de Sonic (04:00 min) : featurette où l’équipe du long-métrage se remémore ses parties de Sonic, l’importance de conserver l’esprit de la franchise et étude de la performance et du personnage de Jim Carrey.
  • Construire Robotnik avec Jim Carrey (04:02 min) : l’interprète de l’égocentrique Ivo Robotnik est à nouveau le centre d’attention. Attitude, apparence, gadgets ainsi que flatteries envers l’acteur sont au programme.
  • Aux origines de l’Éclair bleu (06:21 min) : le supplément le plus intéressant pour les passionnés du hérisson bleu dont la genèse au début des années 1990, le design, l’histoire et l’impact culturel sont passés au peigne fin. Saviez-vous qu’il aurait dû s’appeler M. Needlemouse ?
  • Sonic sur le plateau (03:27 min) : James Marsen et Ben Schwartz expliquent comment le personnage prend vie avant d’être finalisé en images de synthèse.

Bilan ★★★★☆

Sonic – Le film manque d’ambition en se contentant de recycler les codes des blockbusters traditionnels. Aucune surprise au programme donc et c’est bien dommage. Croisons les doigts pour que la possible suite introduite par une scène post-générique fasse mieux. Quant au Blu-ray, on peut difficilement s’en plaindre d’un point de vue technique si ce n’est pour le triste Dolby Digital 5.1 accordé au doublage français.

Les éditions Blu-ray et DVD de Sonic – Le film sont disponibles à la Fnac et sur Amazon.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

L’Arnacoeur lundi 6 juillet sur M6 : l’idée principale du film est tirée d’une histoire vraie

L’Arnacoeur lundi 6 juillet sur M6 : l’idée principale du film est tirée d’une histoire vraie

Il y a dix ans, la comédie romantique de Pascal Chaumeil, "L’Arnacoeur", sortait en salles. Romain Duris qui a le rôle principal, joue un briseur de couples professionnel. Une profession bien originale qui trouve son origine grâce à un des scénaristes.