ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Euphoria - épisode spécial Jules : une petite merveille

Euphoria - épisode spécial Jules : une petite merveille

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - "Euphoria" saison 2 est particulièrement attendue mais aura du retard à cause de la pandémie. Pour nous faire patienter, deux épisodes spéciaux ont été tournés. Après celui sur Rue, il est temps de passer à la partie sur Jules.

Euphoria : après Rue, place à Jules

On a déjà largement vanté ici les incroyables qualités d'Euphoria pour éviter de revenir dessus (sinon allez voir notre critique de la saison 1). La création télévisée de Sam Levinson est un bijou qui ausculte avec brio la période si particulière qu'est l'adolescence. La Covid-19 est passée par-là, repoussant la production de la seconde saison. L'équipe s'est quand même débrouillée pour ne pas nous laisser avec rien à grignoter. En respectant les conditions sanitaires, deux épisodes bonus ont été conçus. Pour nous donner de quoi patienter et faire le lien entre les deux saisons.

On a déjà pu poser nos yeux sur le premier, en décembre dernier. Un très beau moment en compagnie de Rue et Ali. Leur conversation se passait juste après le dernier épisode la saison 1. Le personnage incarné par Zendaya n'a finalement pas eu le courage de suivre Jules (Hunter Schafer) dans le train. Une séparation dont on pouvait voir les conséquences dans l'épisode dédié à celle qui n'a pas voulu accompagner son amie. Il était question de regrets, de craintes pour l'avenir, de la peur de rechuter encore.

Euphoria : F**k Anyone Who’s Not a Sea Blob
Jules (Hunter Schafer) - Euphoria : F**k Anyone Who’s Not a Sea Blob ©HBO

Ce second épisode nous apporte l'autre face de la même pièce en se focalisant cette fois sur Jules. À en juger par le premier plan, elle traverse également une passe difficile. La séparation avec Rue l'affecte et on ne tarde pas à le comprendre avec ce long plan sur sa rétine dans laquelle sont projetées les fragments de bonheur du passé. Sur les paroles de Lorde, avec un titre qui en dit long, choisi avec justesse pour exprimer les tourments qui habitent la jeune femme. L'épisode pourrait s'arrêter à l'apparition du titre, à ces deux minutes inaugurales, que l'on crierait déjà au chef d'œuvre. Sans la pandémie, nous n'aurions peut-être jamais eu ce plan, l'un des plus beaux de toute la série. On sait déjà ce qui nous attend après cette intro :  Sam Levinson va encore nous fracasser le cœur.

Un complément logique et cohérent à la série

Là encore, un dispositif assez minimal a été instauré. Une conversation avec une psychologue, pour déballer tout ce que Jules a sur le cœur. Il sera évidemment question de Rue, les deux épisodes se répondant sur l'expression du manque. Et sur cette peur de ne pas pouvoir envisager l'avenir sans cette moitié qui est désormais loin. Les deux adolescentes sont des aimants qui malgré la distance ressentent encore la puissance du champ magnétique les destinant à se réunir.

Si le précédent épisode était assez brut, avec des longs tunnels dialogués, celui-ci revient à ce que l'on a plus l'habitude d'avoir dans Euphoria. La musique est omniprésente et joue un grand rôle pour souligner les émotions de Jules. Cette dernière explore non seulement ses rapports avec Rue mais revient aussi sur le cas de sa famille et, forcément, sur la rencontre destructrice avec Tyler. Sam Levinson, aidé par Hunter Schafer au scénario, offre une introspection à l'image de la série. À la fois bourrée d'idées formelles tout en sachant garder cette justesse dans la description des sentiments évoqués. On y retrouve tout et son contraire. Les sourires puis les larmes, les bons souvenirs qui se mêlent aux regrets. L'incarnation la plus parlante se trouve dans cette scène finale, avec d'ailleurs un dernier plan qui répond à celui du précédent épisode.

Ce segment sur Jules ainsi que le diptyque dans son ensemble ne font pas du Euphoria au rabais. Ce que l'on trouve dedans est une juste jointure entre les saisons et un prolongement cohérent des problématiques qui traversent le programme depuis son lancement. Une magnifique manière de nous faire patienter et qui donne surtout envie de vite retomber plus longuement dans cet univers.

 

Euphoria : F**k Anyone Who’s Not a Sea Blob (Part 2: Jules) de Sam Levinson, disponible sur OCS le 23 janvier 2021. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

Voir aussi

L’Internat Las Cumbres : le pensionnat de l'enfer sur Prime Video

L’Internat Las Cumbres : le pensionnat de l'enfer sur Prime Video

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - Prime Video vient d’ouvrir les portes de "L’Internat : Las Cumbres". Un établissement où les élèves reçoivent un traitement inquiétant, encadrés par des enseignants et des moines dominicains qui semblent pour la plupart animés par des intentions machiavéliques…