ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

The Mandalorian saison 1 : la série au-delà de Baby Yoda

The Mandalorian saison 1 : la série au-delà de Baby Yoda

CRITIQUE SERIE - La série phare du lancement de la plateforme Disney +, et toute première occurrence de l'univers Star Wars en série live, a passionné internet lors de sa diffusion. Plus que la série elle-même, c'est un de ses personnages, vite surnommé "Baby Yoda", dont l'irrésistible apparence a envahi les réseaux sociaux. Mais que vaut "The Mandolarian", au-delà de sa mascotte qui ferait fondre le cœur du plus vil des Sith ? Retour sur une première saison assez surprenante.

Lorsqu'on a découvert le premier épisode de The Mandalorian, c'est peu dire que nous n'étions pas tout à fait convaincu. Dans notre critique, nous soulignions ainsi à l'époque la déception éprouvée face à une pilote trop sage, qui brossait les fans dans le sens du poil, et filmait sans grand panache sa fusillade finale. Maintenant que la saison 1 est terminée, et à l'occasion de sa disponibilité en France, voici notre avis sur une série qui a su agréablement nous surprendre !

De Baby Yoda à Baby Cart

Connaissez-vous Baby Cart ? Dans cette saga de six films japonais, sortis entre 1972 et 1974 (!), un ancien bourreau refuse d'exécuter un shogun qui n'est encore qu'un jeune enfant, et part en exil. Il parcourt ainsi le Japon médiéval accompagné de l'enfant, dont la poussette est truffée d'armes pour faire face aux mauvaises rencontres ...

Quel rapport entre ces classiques japonais devenus cultes et une série porte-étendard du mastodonte du divertissement mondial ? La réponse est qu’étonnamment, les Baby Cart sont la source d'inspiration principale de Jon Favreau, showrunner de The Mandalorian : on y suit un chasseur de prime parcourir l'espace avec un enfant qu'il a préféré sauver. L'enfant étant sensible à la Force, il est l'objet des convoitises de tout un tas de bandits plus ou moins nets, relents d'un empire qui vient de s’effondrer.

La grande force The Mandalorian réside ainsi dans son atmosphère, qui mêle avec brio une ambiance qui lorgne vers le western spaghetti, et l'univers de Star Wars. Un grand soin est apporté au design des personnages, aux multiples vaisseaux ou créatures qui parcourent la série, c'est indéniable. D'ailleurs, chaque générique de fin est parcouru par les dessins préparatoires, les artworks des épisodes, comme pour souligner le soin apporté dans la création visuelle de la série. Mais quand on gratte la surface, que vaut la série au-delà de son soin visuel ?

The Mandalorian est un spectacle bien plus intéressant que le récent Star Wars IX, qui en voulant plaire à tout le monde, n'a convaincu personne. Ainsi, sans non plus atteindre des sommets, la série est bien réalisée, c'est un produit bien ficelée pour Disney sans le faire. Les épisodes sont agréables à suivre, sans non plus être très surprenants - on est avant tout en face d'un recette qui marche.

La recette Disney

Évidemment, difficile de ne pas s'attacher à "baby Yoda" (qui n'a aucun rapport avec Yoda, rappelons-le), à la fois créature mignonne et fil rouge de l'intrigue. Le Mandalorien en question, lui, est un chasseur de prime d'apparence rustre mais au grand cœur, un archétype qui fonctionne. Le bât blesse au niveau des personnages secondaires, assez oubliables. Qu'il s'agisse de gentils autochtones dans l'épisode 4, ou de vils pirates dans l'épisode 6, ils viennent plomber des épisodes au concept pourtant assez intéressant ...

Car oui, mêmes si certaines situations manquent de variété, la série arrive à proposer assez d'épisodes-concept pour que le spectateur ne s'ennuie pas. Elle évite d'ailleurs les redondance grâce à son format assez inhabituel, 8 épisodes d'environ 35 minutes, diffusés une semaine après l'autre, ce qui oblige chaque épisode à se débarrasser du superflu. Nous n'avons pas à suivre d'intrigues secondaires inutiles, la narration va droit au but, sans pour autant oublier de prendre son temps quand cela s'avère nécessaire à l'intrigue.

Le format sériel permet en effet de ne pas proposer un spectacle étouffant comme a pu l'être l'épisode IX, et les quelques personnages intéressants qui parcourent la série nous donnent envie de ne pas bouder notre plaisir devant la future saison 2 (qui devrait arriver plus tôt que prévu). Nous la regarderons donc avec curiosité, The Mandalorian saison 1 s'étant révélée être une série assez surprenante pour nous accrocher pendant huit épisodes, mais loin de révolutionner le genre.

The Mandalorian, un épisode par semaine sur Disney + à partir du 7 avril 2020. Ci-contre la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

Voir aussi

Possessions : un thriller de haute tenue sur Canal +

Possessions : un thriller de haute tenue sur Canal +

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - "Possessions" est une série aux enjeux complexes qui mêle enquête policière et regard sur les croyances au XXIème siècle, et confronte habilement rationnel et irrationnel. Avec un casting exceptionnel, dont Reda Kateb et Nadia Tereszkiewicz.