MENU
Accueil > News > News Cinéma > Halloween : ces histoires vraies qui ont inspiré le cinéma d’horreur (part 3)
ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Halloween : ces histoires vraies qui ont inspiré le cinéma d’horreur (part 3)

×

Nous continuons notre story sur ces histoires vraies qui ont inspiré les films d’horreurs. Pour cette troisième partie, nous allons vous conter la véritable histoire derrière le film “les griffes de la nuit”, celle du tueur d’ados, Freddy Krueger de Wes Craven.

Le film

C’est en 1984 que Wes Craven livrait sa contribution majeure au cinéma d’horreur avec Les griffes de la nuit, un film qui marquera fortement les décennies à venir.

Nancy Thompson jeune lycéenne lambda est victime de cauchemars dans lesquels un homme au faciès brûlé portant un gant de lames la poursuit. Elle se confie à ses amis et s’aperçoit qu’eux aussi font les mêmes rêves. Celui-ci apparaît dans des cauchemars visuellement inspirés par des images infernales (chaudières, vapeur et flammes de l’enfer).

La plupart des jeunes dans le film sont issus de mariages brisés ou recomposés, où les parents sont peu présents et n’ont pas la conscience tranquille. La vision traditionnelle de la belle famille américaine est totalement abîmée. Freddy Krueger, monstre griffu au visage brûlé est une figure grotesque représentant toutes les perversions humaines. De plus, l’originalité du cadre dans lequel il intervient -les rêves- fait que tous les délires sont permis. C’est d’ailleurs le premier film dans lequel Johnny Depp apparaît.

Les histoires vraies qui ont inspiré le personnage Freddy ?

Vers la fin des années 70, Wes Craven a été marqué par deux faits divers qu’il avait lus dans le journal L.A Times. Les deux histoires qui pourtant se ressemblaient étrangement étaient parues à environ 6 mois d’intervalle. Jamais personne n’avait semblé faire un lien entre les deux. En effet, elles parlaient de personnes qui faisaient continuellement des cauchemars, et qui en étaient mortes mystérieusement durant leur sommeil.

La première parle d’un jeune homme qui habitait avec sa famille en Californie. Très souvent, il se plaignait à ses proches de cauchemars qui hantaient ses nuits. Sa famille tentait de le rassurer mais le jeune homme était toujours aussi inquiet de s’endormir, et expliquait que ce n’était pas des cauchemars normaux. Pour lui, cela était trop réel. Sa famille inquiète l’emmena consulter un médecin afin que celui-ci lui prescrive des somnifères. Tous pensaient que le jeune homme souffrait d’une dépression. Un peu plus tard, le jeune homme passa trois jours sans dormir. Il regardait non-stop la télévision dans son salon sombrant dans un état de quasi folie. Puis, son père le retrouva endormi sur le divan, et décida de le porter jusqu’à sa chambre. Le voyant endormi, la famille se tranquillisa. Malheureusement, le repos fut de courte durée. En effet, durant la nuit, les parents du jeune homme furent brusquement réveillés par les hurlements terrifiants de leur fils. Ils se précipitèrent et une fois entrés dans sa chambre, le jeune homme tomba raide mort devant eux.

L’autopsie du corps ne révéla rien de particulier. Aucune cause de décès n’a pu être identifiée. Sa mort reste un mystère total. Quelque temps plus tard après la mort de leur fils, les parents ont découvert qu’il ne prenait pas les somnifères prescrits par le médecin, et qu’il gardait cachée une cafetière dans sa chambre.

La deuxième histoire se déroule après la guerre du Vietnam. Une famille cambodgienne s’était enfuie aux États Unis pour échapper au massacre des Khmer rouge. Wes Craven explique lors d’une interview donnée à l’occasion des 30 ans de la sortie du film en 2014.

Il a dit à ses parents que « la chose » allait l’attraper pendant son sommeil. Il a donc tenté de ne pas s’endormir plusieurs jours de suite. Quand ses yeux fatigués ont fini par se fermer, ses parents ont cru que tout était enfin terminé. Un peu plus tard, au milieu de la nuit, ils ont entendu des cris et découvert leur fils mort sur son lit. Le décès a eu lieu pendant son cauchemar. Ce petit garçon était persuadé de voir quelque chose dans ses rêves et personne ne le croyait. C’est devenu la base de mon scénario.

C’est à partir de ces histoires terrifiantes que Wes Craven a décidé de faire le film que nous connaissons tous Les griffes de la nuit sorti en 1984.

Comment Wes Craven a-t-il imaginé le personnage de Freddy?

Freddy Krueger tient son nom d’un camarade de classe dont Wes Craven était le souffre-douleur lorsqu’il était plus jeune.

Quand j’étais adolescent, j’étais livreur de journaux pour me faire un peu d’argent. Je m’occupais d’un quartier avec un autre jeune garçon qui s’amusait à m’intimider jusqu’à me frapper. Il s’appelait Fred et on l’appelait Freddy. Quant à Krueger, c’est l’extension du nom d’un des personnages de « La dernière maison sur la gauche », Krug Stillo. (Interprété par David Hess, Ndlr.)

A la base le personnage de Freddy devait être joué par une personne âgée. Il souhaitait que ce dernier ressemble au vieil homme qui l’avait effrayé alors qu’il était enfant. Un soir, en regardant les passants depuis la fenêtre de son immeuble, Wes Craven croisa le regard d’un vieil homme qui portait un chapeau. Le vieillard, qui avait l’allure d’un mendiant, ne lâcha pas Wes Craven des yeux et arrêta même de marcher. Puis il a semblé vouloir entrer dans l’immeuble où habitait Wes… cet épisode marqua fortement le réalisateur.

C’est de cette anecdote que le personnage de Freddy Krueger est né. Wes voulait à tout prix que Freddy ressemble à ce vieil homme. Cependant, n’ayant jamais trouvé la personne idéale pour incarner le personnage comme il le souhaitait, l’idée d’en faire une personne âgée a été abandonnée. Mais il a gardé le chapeau !

Voir aussi
Julia Roberts
Julia Roberts retrouve le créateur de Mr. Robot pour une série sur le Watergate

"Gaslit" racontera depuis le cercle privé des proches de Nixon le scandale du Watergate. Le casting annoncé est tout bonnement incroyable, avec Julia Roberts, Sean Penn, Joel Edgerton et Armie Hammer.

Copyright © 2020 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis