MENU
Accueil > News > Cinéma > Spawn : Jeremy Renner confirmé au casting

Spawn : Jeremy Renner confirmé au casting

Todd McFarlane s’entoure d’acteurs confirmés pour sa première expérience cinématographique. Il en aura bien besoin pour proposer le Spawn que l’on attend tous !

Il y a quelques jours, nous apprenions que Jeremy Renner était en négociation pour se joindre au reboot de Spawn, nouvelle adaptation des comics très dark de Todd McFarlane. Deadline rapporte que les discussions ont été menées avec brio et qu’il rejoint bien le casting. Il sera le détective Twitch Williams, moitié du duo qu’il compose avec Sam Burke.

Ces enquêteurs, aussi créés par McFarlane, ont eu droit par la suite à leurs propres aventures indépendantes. Le ton restait noir, violent, à la lisière du fantastique. On a du mal à imaginer le film ne mettre en scène qu’une seule partie de leur duo, donc il faut s’attendre à voir dans quelques temps un autre acteur rejoindre le casting pour incarner Sam. Ils sont, en quelque sorte, les Laurel et Hardy de l’univers Spawn. Twitch est maigre, blond. Sam est enveloppé, brun.

Jason Blum, le producteur, s’est montré satisfait de la participation de Jeremy Renner :

Jeremy est un choix idéal pour Twitch Williams. Il rayonne d’honnêteté, d’intelligence et de charisme, les mêmes qualités qui font de Twitch un personnage si irrésistible

Jason Blum à la production donc et surtout Todd McFarlane lui-même à la réalisation. Des noms qui nous rassurent plus que ceux du premier film. Spawn était déjà apparu sur nos écrans dans les années 90, devant la caméra de Mark Dippé. Une adaptation ratée, qui sabordait l’essence des comics à cause d’un ton grossier, de répliques ridicules et de scènes-clés traitées maladroitement – le final est une parfaite démonstration de ce qui ne fonctionne pas.

Un reboot digne du personnage

Avec l’auteur à la barre, ce reboot sera logiquement plus fidèle aux comics. McFarlane a confirmé vouloir proposer un long-métrage violent, classé R, sans forcément mettre des vannes dans la bouche de son anti-héros. Il nous a même vendu un résultat encore plus radical que ce qu’on l’a vu dans Deadpool. La vision qu’il a est rassurante au possible :

À mes yeux, « Deadpool » était un film d’action tout public qui montrait juste quelques culs et proférait des injures. Au-delà de ça, on ne sortait jamais de la formule PG-13. […] Quand je parle de classification R, je parle de films qui ne sont pas forcément très drôles, où il n’y a pas de réplique idiote. Je n’aime pas que mon héros sorte une vanne juste après avoir été en péril. Si je ne sens pas que mon héros est effrayé, pourquoi est-ce que moi je le serai ?

Des propos totalement en accord avec l’esprit des comics qui peuvent nous faire espérer d’avoir ENFIN l’adaptation cinéma que le personnage mérite. Le seul point qui peut faire tiquer est que McFarlane n’a jamais auparavant touché à la réalisation. Il sera intéressant de voir comment il va travailler avec le bagage artistique qu’il a, tout en restant dans le budget limité qu’il aura à sa disposition (pas plus de 12 millions d’après les dernières informations).

Jamie Foxx déjà confirmé

Il pourra au moins compter sur Jamie Foxx, confirmé dans le rôle principal. Entre lui et Renner, il n’a pas pris les derniers venus. Si tout va bien, ce premier film amorcera une trilogie – avec un tel budget les risques d’assister à un désastre financier sont relativement minimes.

Pour rappel, sous la chair calcinée de Spawn il y a Al Simmons. Un ex-agent de la CIA trahi par ses supérieurs et laissés pour mort. Envoyé en Enfer, il passe un pacte avec Malebolgia, seigneur des ténèbres, afin de pouvoir retourner sur Terre et revoir sa femme. Devenu un soldat démoniaque, il est au service de son nouveau maître. Chose qui ne lui plaît pas. Face au Mal à l’état pur, il va devoir agir.

Aucune date de sortie n’est encore prévue. Espérons pour le courant de l’année 2019.

Et si en attendant on se refaisait la bande-annonce du film de Mark Dippé pour se rappeler à quel point c’était nul ?

Voir aussi

Maya : échappée sensuelle dans le flou, et inversement

CRITIQUE FILM - Mets très délicat de Mia Hansen-Løve, "Maya" se déguste le petit doigt en l'air. Loin d'être indigeste, son nouveau film est le récit d'une reconstruction erratique mais confortable, et aussi le portrait d'une jeunesse en quête de résilience. Charmant à bien des égards, on retient la beauté agaçante d'un film se révélant progressivement inutile.

Laisser un commentaire

Copyright © 2018 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis