ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Zack Snyder's Justice League : voici les différences majeures avec la version de 2017

Des changements bienvenus

Zack Snyder's Justice League : voici les différences majeures avec la version de 2017

La « Zack Snyder's Justice League » est enfin disponible sur nos écrans, et les éléments qui ont changé par rapport au film de 2017 réalisé par Joss Whedon sont nombreux. On fait le point sur les ajouts, retraits et reprises opérés par Zack Snyder.

Le design de Steppenwolf a changé

Steppenwolf (Ciarán Hinds) - Justice League
Steppenwolf (Ciarán Hinds) - Justice League ©Warner Bros Studios

C'était le grand méchant du Justice League de 2017. Steppenwolf est de retour dans Zack Snyder's Justice League, mais le puissant antagoniste a un peu changé. Dans la première version, le personnage était présenté sous un design assez lisse, pour lui offrir une apparence relativement humaine. Un choix qui n'a pas du tout fonctionné et qui a entraîné de nombreuses critiques à son égard. Le manque d'épaisseur du personnage, que ce soit visuellement ou dans sa trame de fond, a apporté une désagréable sensation de superficialité. Ainsi, dans Zack Snyder's Justice League, l'antagoniste change d'apparence. Plus grand, plus fort, plus menaçant, il porte une armure impressionnante qui réagit aux chocs physiques et aux émotions de Steppenwolf. Cette protection brillante lui donne beaucoup plus de charisme et le rend plus féroce. De même, l'intrigue autour du personnage est plus développée et Zack Snyder révèle son but. S'il est sur Terre, c'est pour s'approprier les Boîtes Mères et ainsi récupérer la confiance de Darkseid, donnant ainsi à cette nouvelle Justice League un véritable méchant.

Un classement R

Batman (Ben Affleck) - Justice League
Batman (Ben Affleck) - Justice League ©Warner Bros Studios

La version de 2017 était classée PG-13. Mais avec ce nouveau montage, Zack Snyder obtient une classification R (interdit au moins de 17 ans non-accompagnés aux USA). Il rend son film plus violent, plus cru et beaucoup plus explicite. Un choix logique de la part de Zack Snyder, notamment quand on sait que la director's cut de Batman V Superman est elle aussi classée R.

Des scènes supplémentaires

Flash (Ezra Miller) - Justice League
Flash (Ezra Miller) - Justice League ©Warner Bros Studios

Évidemment, en quatre heures de films, Zack Snyder a eu le temps d'ajouter son lot de scènes inédites. Certaines ont été reprises des rushs non utilisés de 2017. C'est par exemple le cas de la scène où Flash sauve une belle inconnue dans la rue. Une séquence impressionnante qui devait initialement servir de scène d'introduction pour Flash dans le Justice League de 2017. Mais la scène en question n'avait pas été gardée. Elle est de retour dans la Snyder's Cut. Et ce n'est pas la seule. Le cinéaste a également utilisé des rushs de Man of Steel et de Batman V Superman, notamment dans la séquence du Knightmare. C'est par exemple le cas de l'arrivée de Evil Superman, reprise du précédent film de Zack Snyder. Une scène qu'il a par ailleurs tournée en plein confinement, chez lui, avec Jared Leto et Ben Affleck.

Des scènes en moins

Superman (Henry Cavill) - Justice League
Superman (Henry Cavill) - Justice League ©Warner Bros Studios

Mais si Zack Snyder a ajouté des choses, il en a également enlevé. Par exemple, le réalisateur a évidemment enlevé la séquence tristement célèbre de la moustache effacée. C'était la scène d'ouverture de Justice League en 2017. A l'époque, Henry Cavill tournait Mission Impossible : Fallout, et portait ainsi la moustache. En respect de son contrat avec la Paramount, le comédien ne pouvait pas la raser, ce qui a obligé la Warner a effacer numériquement cette capillarité en post-production. Le résultat était bancal et a entraîné de nombreuses critiques, mèmes et autres blagues en tout genre. Zack Snyder a donc préféré enlever la scène. C'est aussi le cas avec la famille russe dans le climax final du film. Cette dernière est présente dans le premier Justice League, sauvée de justesse par Flash. Il s'agissait d'un ajout ennuyeux de Joss Whedon, et sans surprise Zack Snyder l'a supprimé de son nouveau montage. Enfin, le réalisateur a évincé un plan mémorable du premier film. Quand Superman revient à la vie, il balance Batman comme une vieille chaussette lorsqu'il aperçoit Lois Lane. Zack Snyder a préféré monter cette séquence d'une autre manière, enlevant ainsi l'image d'un Batman très peu respecté par l'homme d'acier.

Le flashback est beaucoup plus long

Darkseid (Ray Porter) - Zack Snyder's Justice League
Darkseid (Ray Porter) - Zack Snyder's Justice League ©Warner Bros Studios

Comme dans la première version, Wonder Woman raconte à Batman la première arrivée de Darkseid sur Terre, il y a des millénaires. L'Amazone raconte comment tous les héros se sont unis pour repousser les vagues d'assaut du puissant tyran. Humains, Atlantes, Amazones et Dieux solidaires face à une menace inédite. Si la séquence est bien dans Justice League, elle est beaucoup plus développée dans Zack Snyder's Justice League. Le cinéaste allonge cette scène pour lui donner plus de poids et plus d'épaisseur, avec notamment l'apparition de Zeus, du roi d'Atlantis ou encore d'un Green Lantern.

Superman et son costume noir

Superman (Henry Cavill) - Zack Snyder's Justice League
Superman (Henry Cavill) - Zack Snyder's Justice League ©Warner Bros Studios

Zack Snyder a toujours voulu que Superman porte son costume noir dans Justice League. Mais dans la version de 2017, la Warner a préféré conserver le costume traditionnel. Le réalisateur a donc eu sa revanche et a ajouté le costume noir dans Zack Snyder's Justice League.

Une ambiance visuelle différente

Zack Snyder's Justice League
Zack Snyder's Justice League ©Warner Bros Studios

Beaucoup avaient critiqué l’étalonnage de Joss Whedon dans le premier Justice League. Le réalisateur d'Avengers avait en effet mis en scène une conclusion étrangement colorée, dans laquelle le ciel rose et les éclairs rouges n'avaient pas fait l'unanimité. La version originale avait éclairci chaque plan et augmenté la saturation pour finalement saboter son identité visuelle. Zack Snyder a rectifié le tir en rendant la Zack Snyder's Justice League plus sombre et plus en adéquation avec son style visuel habituel.

La séquence du Knightmare

Batman (Ben Affleck) - Zack Snyder's Justice League
Batman (Ben Affleck) - Zack Snyder's Justice League ©Warner Bros Studios

C'est peut-être LA séquence du film. Une scène renversante qui n'était absolument pas dans le montage original. Zack Snyder ramène le futur post-apocalyptique qui menace l'univers DC depuis Batman V Superman. Il met en scène Batman, le Joker, Mera, Deathstroke, Flash et Cyborg aux prises avec un dark Superman. Cette séquence « Knightmare » est totalement dingue et offre un dialogue savoureux entre Batman et sa némésis. Une conversation lourde de sens qui apporte de nombreux éléments de réponses, indices et easter eggs sur les événements que nous ne verrons jamais : ceux qui étaient prévus dans Justice League 2 et 3.

De nouveaux personnages

Enfin, Zack Snyder's Justice League a ramené beaucoup de personnages sur le devant de la scène. Le montage de Joss Whedon a enlevé de nombreux protagonistes qui étaient initialement prévus par Zack Snyder. Évidemment, ce dernier les a remis dans sa director's cut. Ainsi, contrairement au Justice League de 2017, ces héros figurent dans la version disponible sur HBO Max :

  • Darkseid
  • DeSaad (sbire de Darkseid)
  • Ryan Choi (alias Atome)
  • Granny Goodness (sbire de Darkseid)
  • Iris Ouest (la petite amie de Flash)
  • Vulko (toujours incarné par Willem Dafoe)
  • Martian Manhunter
  • Joker
  • Kilowog (le Green Lantern)
  • Doomsday (le temps d'un flash-back)

Une série de personnages qu'il est plaisant de revoir, et qui prouve que Zack Snyder avait plus d'ambition que la version de 2017. Zack Snyder's Justice League est disponible depuis le 18 mars 2021 sur toutes les plateformes de VOD.

 

Voir aussi

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Grand film de René Clément, "Jeux interdits" révéla Brigitte Fossey alors qu'elle n'était qu'une enfant. Sur le tournage, ce n'était pas toujours facile de lui faire exprimer certaines émotions. Pour la scène finale, le réalisateur opta pour une méthode qui aurait pu la traumatiser.