Bruce Willis : pourquoi sa carrière a failli ne jamais voir le jour ?

Un rôle important qui s'est joué de peu

Bruce Willis : pourquoi sa carrière a failli ne jamais voir le jour ?

Avant "Piège de cristal", Bruce Willis est propulsé sur le devant de la scène grâce à la série "Clair de lune". Un programme duquel il a été recalé plus de dix fois, jusqu'à une intervention qui a tout changé.

Bruce Willis prend sa retraite

Le 30 mars dernier, les proches de Bruce Willis annoncent que le comédien est contraint de s'éloigner des plateaux de tournage. L'acteur souffre d'aphasie, un trouble du langage pouvant se caractériser de différentes façons, de la difficulté à trouver ses mots à la perte totale du langage. Depuis plusieurs années, la star enchaînait les Direct To Video, notamment pour anticiper le coût de ses traitements.

Et durant la production de ces projets peu mémorables, la santé de Bruce Willis inquiète ses collaborateurs. Ses pages de dialogues doivent souvent être réduites et le comédien a besoin d'une véritable assistance, comme le dévoile le Los Angeles Times. Outre ces nombreuses apparitions dans une multitude de films oubliables, l'acteur tire sa révérence après une carrière remplie de longs-métrages incontournables.

Parmi ces derniers figurent notamment sa collaboration avec M. Night Shyamalan (Sixième SensIncassable, Glass), son personnage de boxeur dans Pulp Fiction et bien évidemment la saga Die Hard. Et si le rôle de John McClane fait de lui une figure incontournable du septième art, c'est la série Clair de lune qui le propulse sur le devant de la scène.

Une carrière lancée avec Clair de lune

Dans ce programme diffusé entre 1985 et 1989, Bruce Willis donne la réplique à Cybill Shepherd (Taxi Driver). Ils forment un duo de détectives qui s'adore mais entretient des rapports conflictuels qui viennent pimenter les intrigues. Les deux acteurs incarnent leurs personnages dans plus de soixante épisodes. En parallèle, le comédien participe à un futur film culte réalisé par John McTiernan dans lequel il affronte pieds nus une horde de terroristes ayant pris le contrôle du Nakatomi Plaza, à Los Angeles.

Piège de cristal
John McClane (Bruce Willis) - Piège de cristal ©20th Century Studios

S'ils ont fini par se détester, Cybill Shepherd et Bruce Willis développent une véritable alchimie dès leurs essais. Interrogée par Entertainment Weekly en 2005, la première explique :

Il y avait quelque chose de réel. Je suis allée chez NBC et j'ai fait des essais avec 17 hommes différents. Et je n'ai ressenti aucune étincelle avec eux. Mais avec Bruce, la température dans la pièce a augmenté de 20 degrés. Pour moi, en tout cas.

Une intervention qui a tout changé

De leur côté, les patrons d'ABC estiment que le comédien n'est pas suffisamment crédible pour prêter ses traits à David Addison dans Clair de lune et le recalent une dizaine de fois. Mais comme le révèle Vanity Fair dans un long portrait de Bruce Willis publié en 2007 à l'occasion de la sortie de Die Hard 4 : Retour en enfer, Cybill Shepherd n'est apparemment pas la seule pour qui la température augmente durant ces essais. Au cours d'une réunion de casting, une femme prend sa défense.

Clair de lune
Clair de lune ©ABC

Intriguée par le potentiel du jeune homme, elle lance :

Je ne sais pas si ce type a l’étoffe d’un rôle principal ou non, je ne sais pas s’il a de quoi devenir une star de la télé, mais les gars, je vous le dis, pour moi c’est le genre de mec dangereux avec qui on a envie de passer la nuit !

Une intervention qui "électrise l'assistance" selon le créateur de la série Glenn Gordon Caron. Et qui, au passage, enclenche une carrière marquée par de nombreux succès.

 

Voir aussi

La Belle époque : quand Guillaume Canet redoutait la collaboration avec Nicolas Bedos

La Belle époque : quand Guillaume Canet redoutait la collaboration avec Nicolas Bedos

Deuxième long-métrage de Nicolas Bedos, "La Belle époque" propose une odyssée nostalgique très personnelle, dans laquelle Guillaume Canet se fait le double de cinéma du réalisateur. Un rôle qu'il a accepté, mais avec quelques appréhensions...