ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Last Christmas : je t’ai donné mon cœur en Blu-ray

Tendez l’oreille. Il y a comme un air de George Michael dans le coin non ? Si la programmation recyclage des téléfilms des fêtes de fin d’année n’a pas fait long feu sur les chaînes françaises durant le confinement, l’occasion de vous replonger dans cette période de célébration vous est donnée avec la sortie en DVD et Blu-ray de « Last Christmas ».

Dirigé par le créateur de la série Freaks and Geeks nommé Paul Feig, Last Christmas est une comédie romantique inattendue. Son récit résulte d’une collaboration étroite entre l’actrice aux deux Oscars Emma Thompson (My Lady), son mari Greg Wise (Effie Gray) et la scénariste encore méconnue Bryony Kimmings.

Last Christmas : présentation et critique

Scénario ★★★☆☆

Katarina, dites « Kate » (Emilia Clarke), n’est pas des plus simples à supporter. Nourrissant l’espoir d’être reconnue par un univers musical qui ne veut pas d’elle, elle enchaîne les auditions quitte à négliger son travail dans une boutique londonienne de décorations de Noël ouverte à l’année. Aisément distraite, elle enchaîne les maladresses qui ont le don d’exaspérer sa patronne « Santa » (Michelle Yeoh). Son emploi ne tient plus qu’à un fil lorsque sa négligence aboutit à une infraction nocturne. En parallèle, la jeune femme est mise dehors par son colocataire puis par son couple d’amis qui ne peuvent supporter son égoïsme. Celle-ci n’a alors d’autre choix que de retourner vivre chez ses parents. Décision prise avec agacement lui faisant retrouver sa mère (Emma Thompson) dépressive suite à sa fuite d’ex-Yougoslavie et son père (Boris Isakovic) ex-avocat cherchant à tout prix à éviter le domicile familial.

Sa vie paraît s’adoucir lorsqu’elle fait la connaissance d’un dénommé Tom (Henry Golding). Le bénévole au foyer des sans-abris parvient progressivement à lui redonner le sourire, jusqu’à ce que ses disparitions intempestives commencent à lui taper sur le système. S’ensuit une révélation redéfinissant la nature même de leur relation.

Last Christmas est une bouffée d’air frais dépourvue de niaiserie et est appelé à devenir un classique des fêtes. Sous la couche humoristique (qui déclenche de nombreux rires) s’étire un fil rouge plus dramatique autour duquel gravite des thèmes difficiles comme la rédemption et la maladie. Soignée en plus d’un twist réussi, l’œuvre s’éloigne ainsi des clichés des romances mièvres ponctuant les programmations du mois de décembre. Pour plus de détails concernant notre avis, rendez-vous ici.

Les éditions commercialisées

Universal Pictures France se contente du strict minimum en ajoutant un DVD simple et un Blu-ray sur le marché de la vidéo. Ces deux supports sont même dépourvus d’un fourreau cartonné en guise de petit plus sympathique. En outre, aucune édition spéciale n’est à se mettre sous la dent, pas même chez le marchand Fnac qui soigne régulièrement ses habitués d’un steelbook avec une bande originale faisant parfois son apparition dans le lot. Le plus gros regret des vidéophiles est sans aucun doute l’absence de galette 4K Ultra HD qui aurait décuplé la magie de Noël en en mettant plein les yeux.

De gauche à droite : DVD, Blu-ray

Test Vidéo/Audio

Vidéo ★★★★★ Audio ★★★★★

À en croire les informations communiquées sur IMDb, Last Christmas a été capturé en 8K à l’aide d’une caméra numérique grand format Panavision Millennium DXL avant d’être finalisé seulement en 2K. Décision économique regrettable. Néanmoins, les images du Blu-ray sont immaculées. Les anomalies de compression sont invisibles et les détails abondent sur chaque plan. La boutique est une mine d’or visuelle avec ses indénombrables babioles de divers matériaux traînant dans tous les coins et ces guirlandes lumineuses. Même les intérieurs plus modestes sont un régal pour les rétines à l’instar des gros plans dévoilant toutes traces de maquillage, pores, et la complexité de la chevelure des acteurs. Les couleurs sont fidèles à la réalité, joliment saturées comme les verts du costume de lutin de Kate ou plus simplement les tons des peaux idéalement reproduits. Il n’y a rien à redire des contrastes et noirs robustes. Il s’agit d’une présentation impeccable, ni plus, ni moins.

Le doublage français est proposé en DTS-HD High Resolution 7.1 tandis que la piste originale se voit attribuée un encodage DTS-HD Master Audio 7.1. Cette dernière surpasse les attentes ou tout du moins ne laisse pas un goût amer de déception. Les différents canaux sont exploités avec succès afin de construire une ambiance riche en réalisme grâce à des placements d’activités sonores précis, du bruitage le plus discret au tumulte de la capitale. Les atmosphères sont restituées et le spectateur se retrouve plongé au cœur de l’action comme s’il s’y trouvait.

Test Bonus ★★★★☆

Les suppléments sont nombreux bien que trop courts pour la vaste majorité. Malgré tout, ils offrent leur lot d’immersion « behind the scene » avec une bonne humeur infaillible et l’ensemble est relevé par deux commentaires audios très pertinents où l’humour n’est jamais bien loin.

  • Fin alternative (01:53 min) : celle-ci est précédée d’une introduction du réalisateur qui présente l’ensemble des suppléments durant une minute.
  • Bêtisier (14:30 min) : une longue série de ratés, oublis, chutes et ainsi de suite immortalisés au cours du tournage.
  • Scènes supprimées/différentes/prolongées (22:45 min) : « Pas au niveau des standards de West End – Prolongée » (00:59 min), « Tom montre la ville à Kate » (00:49 min), « Kate arrive chez Jenna & Rufus » (00:42 min), « Kate ramène un amoureux » (01:02 min), « Kate se fait virer – Prolongée » (00:58 min), « Kate ne sait pas où aller » (00:38 min), « Kate se sent seule au bar » (00:33 min), « Kate est en retard » (02:59 min), « Tom fait tant de bien » (00:47 min), « Kate a une audition » (02:06 min), « Kate rend les patins » (00:36 min), « Kate et Marta se disputent – Différente » (05:06 min), « Petra a peur – Prolongée » (00:52 min), « Kate au refuge – Prolongée » (01:10 min) et « Tom a quelque chose à dire – Différente » (03:09 min).
  • Ouverture alternative (01:11 min) : sans introduction du cinéaste avec Kate plus hystérique que jamais.
  • « Last Christmas » performance dans son intégralité (03:56 min) : la version complète du spectacle final interprété par Emilia Clarke.
  • La vision du réalisateur (01:51 min) : extraits montrant Paul Feig dans son rôle de réalisateur.
  • Il fait si froid (02:00 min) : car ce n’a pas toujours été évident pour les vedettes de tourner en plein hiver. Une bonne dose de tremblements !
  • Essayez de ne pas rire (06:04 min) : qui aurait pu imaginer que chanter une berceuse puisse être la scène la plus difficile de la carrière d’Emma Thompson ?
  • Un héritage révélé (02:43 min) : retour sur le titre de George Michael et comment il a inspiré le long-métrage.
  • Golding, un acteur en or (01:28 min) : l’interprète et son personnage sont mis sous le feu des projecteurs.
  • La séance d’enregistrement d’Emilia (02:14 min) : tour rapide dans les studios avec Emilia Clarke derrière le micro ainsi qu’un focus sur elle et Kate.
  • Lettre d’amour à Londres (03:36 min) : aperçu de tous les coins de la capitale dans lesquelles s’est aventurée l’équipe pour le tournage.
  • La mère Noël et son lutin (02:47 min) : focus sur « Santa », son interprète et la boutique.
  • Paul Feig s’empare du tram (03:34 min) : le metteur en scène rejoint une visite guidée d’Universal Studios.
  • 12 jours de tournage (10:21 min) : semblant de making-of via des aperçus détendus, entretiens et anecdotes du tournage.
  • Commentaire du film avec le réalisateur Paul Feig : en Dolby Digital 2.0.
  • Commentaire du film avec le réalisateur Paul Feig et la productrice-scénariste Emma Thompson : en Dolby Digital 2.0.

Bilan ★★★★☆

C’est avec brio qu’Emilia Clarke refait son apparition après la diffusion de l’ultime saison de Game of Thrones. Last Christmas ne présente pas une romance standardisée et niaise comme tout spectateur peut le suspecter. Bien qu’il ne sera très probablement jamais élevé au statut de classique cinématographique, ce film devrait être sérieusement considéré lors du visionnage annuel de Maman, j’ai raté l’avion et compagnie. D’autant plus que, le Blu-ray étant parfait à tous les égards, il constituerait un excellent cadeau à glisser sous le sapin des Noël à venir.

Les éditions DVD et Blu-ray de Last Christmas sont disponibles à la Fnac et sur Amazon.

 

 

 

 

Voir aussi

Uncharted le film : découvrez la première photo officielle de Tom Holland en Nathan Drake

Uncharted le film : découvrez la première photo officielle de Tom Holland en Nathan Drake

L'adaptation des jeux video "Uncharted" a longtemps été une arlésienne. Le film a commencé son tournage depuis des semaines et Tom Holland, attaché au projet de longue date, se montre dans la toute première photo officielle de lui en Nathan Drake, le héros.